Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

Articles avec #articles

Vous êtes à la rue. Que faire ?

5 Février 2009, 14:42pm

Publié par SOS Hommes Battus


Un témoignage poignant m'est arrivé ce matin.
Cet homme se voit refuser l'entrée à son appartement par son épouse depuis plusieurs jours.
Il a du faire appel à la police pour récupérer des affaires chez lui.
Suite des complications liées à la non prise en compte des hommes victimes de violence conjugale, la police n'a pas pu obliger la "charmante" épouse à accepter que son mari vive dans son propre lieu d'habitation !
Et ce malgré plusieurs certificats médicaux prouvant les coups et blessures subis par cet homme et malgré le dépôt de plainte (sa femme ayant tenté de le poignarder).
Jamais il n'a rétorqué, jamais il n'a initié la violence de sa femme dont les crises de colère violentes sans raison ont déjà été constaté.
Aujourd'hui, il erre dans les centres commerciaux pour rester au chaud.

Cet homme est à la rue.

Où allez ? Que faire ?

Les policiers eux-mêmes n'ont pas vraiment eu de solutions a proposer.
Ils n'ont pu que constater qu'ils existaient beaucoup de structures pour les femmes battues, mais rien pour les hommes.
Des foyers pour hébergement pour SDF lui ont suggéré.
Mais cet homme n'est pas un SDF, il a une adresse.

Alors que faire dans cette situation ?

Tout d'abord contacter les centres d'hébergement via le n° d'appel : 115

Essayez aussi d'appeler le 3919, centre d'écoute anonyme pour les victimes de violences conjugales. Les hommes n'y sont pas super bien accueillis, mais lorsqu'on est à la rue il faut trouver une solution.

Ensuite rencontrez une assistante sociale au plus vite. Prenez contact avec votre mairie afin d'obtenir un RDV prioritaire lors de la permanence de l'assistante sociale (gratuit). Elle fera au mieux pour vous trouver un lieu d'hébergement en attendant que votre situation s'améliore.

 

Sachez enfin que si vous êtes salarié, il est possible que votre entreprise cotise au "1% patronal". Il pourrez alors faire une demande de logement (parfois en urgence) pour vous aider à sortir de votre situation.

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

Les femmes frappent parce qu'elles savent qu'elles peuvent le faire

22 Janvier 2009, 14:40pm

Publié par SOS Hommes Battus


Ces images sont véhiculées par les médias.
Il n’est pas rare dans un film de voir une femme frapper un homme parce que quelque chose ne lui plaît pas.
Dans la même situation, le scénario prévoira que l’homme doit sortir en claquant la porte, s’en aller.

Une étude américaine sur environ 1000 femmes sur une période de 5 ans, a montré que 20 % d’entre elles avouaient avoir agressé physiquement leur partenaire.

Les raisons principales en étaient :

- mon compagnon ne répond pas à mes besoins
- je le fais pour qu’il fasse plus attention à moi
- mon compagnon me m’écoute pas

Mais pourquoi passer à l’agression physique ?

Ces femmes ont répondu :
- que les hommes sont capables de se défendre eux mêmes donc que passer à la violence physique n’a pas d’importance (24%)

- qu’on a appris à la plupart des hommes à ne pas frapper une femme alors je n’attends pas de retour de sa part (19 %)

- les femmes et les hommes sont égaux, donc une femme doit pouvoir autant exprimer sa colère physiquement qu’un homme (13 %)

- j’ai appris dans mon enfance que je pouvais taper sur mon frère sans qu’il se rebiffe (12 %)

- exprimer ma colère physiquement m’excite sexuellement (8 %)

Ces femmes se permettaient d’être agressives avec leur compagnon et pas avec d’autres hommes, car elles disaient savoir qu’un autre homme n’hésiterait sans doute pas à leur rendre leurs coups, alors que leur compagnon ne le ferait pas.

Voir les commentaires

Ne pas confondre violences conjugales et conflits au quotidien

14 Janvier 2009, 17:58pm

Publié par SOS Hommes Battus


Ces derniers temps j'ai reçu plusieurs appels qui m'ont interpellés.

Il est clair qu'il existe chez certains une confusion entre la violence conjugale et le vécu au quotidien des petits tracas et conflits.

Pour d'autres, il existe des événements, certes majeurs dans la vie d'un homme, mais qui ne relèvent pas aujourd'hui -en tout cas pour l'instant- de la notion de violence conjugale.

La Loi est très claire, pour qu'il y ait violences conjugales il faut qu'il y ait "violences", sous entendu "violences physiques". La notion de violences conjugales sera d'autant plus retenue qu'il existe des violences ayant entraînées une incapacité de travail. Cf article du code pénal.


Ainsi j'ai été contacté pour :
- le fait que la compagne n'est pas d'accord sur l'éducation de l'enfant
- le fait que la compagne casse de la vaisselle lorsqu'elle est en colère
- le fait que la compagne a fait un "enfant dans le dos" à son partenaire
- le fait que le partenaire à imposé du jour au lendemain son fils, issu d'un premier mariage, à la maison sans demander l'avis de sa nouvelle compagne
....

Tout cela ce n'est pas de la violence conjugale.
Ce sont -seulement- des conflits entre deux adultes.

Si je reprends les témoignages ci dessous, on a :
- deux adultes qui font passer en priorité leur mauvaise entente plutôt que le souci du bien-être de leur enfant
- le fait d'une femme qui présente des troubles de contrôle des ses émotions et qui a besoin d'une prise en charge par un professionnel pour apprendre à gérer sa colère
- le fait d'un homme qui n'a pas pris ses précautions, une femme restant libre de tomber enceinte ou pas
- une situation qui risque de se retourner contre un homme qui ne tient pas compte de sa compagne...

Et ce ne sont que quelques exemples.


Il est nécessaire de faire la part des choses.
La violence physique, chacun sait où elle commence : avec les coups, les morsures, les chutes provoquées...
La violence psychologique est plus difficile à cerner, mais il est possible de l'évaluer (voir l'article à ce sujet).

Ne confondez pas tracas au quotidien et violences conjugales.
Les problèmes de couple ne sont pas systématiquement des problèmes de dominance.

Voir les commentaires

Les violences faites aux hommes

16 Décembre 2008, 22:59pm

Publié par SOS Hommes Battus


Notre Société jette un regard bienveillant sur les femmes.

Douces, non violentes, elles sont les victimes de la violence des hommes. Jamais il ne pourrait être envisagée qu’elles soient agressives et violentes envers les hommes.


Le fait que les femmes aient plus de risques d’être blessées lors de crises de violences conjugales –ce qui est une réalité- rend difficile la reconnaissance des violences envers les hommes.


Les professionnels de santé, lorsqu’ils constatent des blessures chez des hommes, ne pensent pas une seule seconde qu’il existe une explication autre que celle racontée. Par exemple, la thèse de l’accident du travail ou d’un accident de fin de semaine (jardinage, bricolage…) ou une blessure au sport, sera totalement gobée.


Les hommes parlent peu de la douleur et ont plus de mal que les femmes à admettre leur position de victime. De plus, les hommes tiennent des postes souvent plus dangereux physiquement que ceux des femmes, ce qui accroît leurs risques de blessures, disputes et bagarres sur le terrain. Ce qui fait que les professionnels de santé ne se posent pas la question des violences conjugales.


Lorsqu’un homme va pour déposer plainte pour violences conjugales, il doit en général faire face à l’ironie, le dénigrement des personnels des forces de l’ordre, qui n’hésite pas à plutôt croire la version de la femme agresseuse que la sienne.


Si de l’extérieur, il est déjà difficile de comprendre pourquoi une femme reste dans une situation de violences conjugales, alors pour un homme….


Comme les femmes victimes de violences conjugales, les hommes victimes offre en pâture leur faible estime d’eux-mêmes. A laquelle il faut ajouter la remise en cause de son statut de mâle.

Lorsqu’il y a violences conjugales, la personne abusées –qu’elle soit homme ou femme- tend à croire que cette situation vient d’elle. C’est de sa faute vous dit-elle. Elle est responsable de ce qui lui arrive.

Les hommes aussi sont dans le déni ! Cela ne peut pas arriver à un homme, donc ce n’est pas arrivé !

Les hommes, comme les femmes dans cette situation, espèrent toujours que cela s’arranger. La femme qu’il aime se calmera dès qu’il aura fait des efforts ou dès que son travail sera moins stressant ou quand les enfants seront plus autonomes… Les mêmes excuses que les femmes trouvent à leur partenaire violent !

Voir les commentaires

Le cycle des violences conjugales

16 Décembre 2008, 22:45pm

Publié par SOS Hommes Battus


Le but de celui ou celle qui abuse est d'obtenir et garder le contrôle. Dans la situation qui nous intéresse, à savoir celle dans laquelle c'est la femme qui abuse de son partenaire, elle veut que vous vous comportiez seulement selon ce qu'elle veut.

Le cycle des violences conjugales répond en partie à la question de "comment en suis-je arrivé là ?". Vous avez l'impression de tourner en rond, que tout cela ne mène jamais à rien sauf à la violence.
Et vous avez raison.

Quelques soient vos efforts pour trouver des réponses et une solution, rien n'arrête les abus de votre partenaire. Du coup vous ressentez un mal-être, une faible estime de vous même et surtout en situation d'insécurité totale.

Je rappelle que quoi que vous fassiez, rien ne changera. Pour que cela change, il faut que la volonté et la motivation vienne de votre partenaire. C'est le seul moyen pour que cela évolue dans le bon sens.

Voici quel est le cycle des violences conjugales :

Phase 1 : montée de la tension

La tension est palpable. Vous ne communiquez plus. Vous commencez à avoir peur et cherchez à apaiser votre partenair.

Phase 2 : l'explosion

Présence des abus émotionnels, verbaux et physique. Votre partenaire est en colère, elle vous accuse de tous les mots, vous menace. Chantage

Phase 3 : réconciliation

Votre partenaire se noie dans les excuses, vous blâme pour ses éclats, nie vous avoir agressé ou dit que ce n'était pas aussi grave que ça et que vous en faites toute une histoire.

Phase 4 : accalmie

L'incident est oublié de part et d'autre. Tout est calme. C'est la phase de "lune de miel".




La répétition de ce cycle vous brise mine de rien, en douceur, pendant des mois voire des années. Il y a de forts risques pour que vous ne vous aperceviez même pas dans un premier temps que vous êtes en train de sombrer.

Vous pensez que vous avez la capacité et la force de vous en sortir. Mais en fait ce n'est pas le cas. Chaque cycle va vous faire descendre un peu plus, vous faire perdre un peu plus confiance en vous. Ecoutez-vous ! Où en êtes vous ? Que ressentez vous ?

- etes vous coupé des autres ? De votre famille ? De vos amis ?
- passez vous de plus en plus de temps à la maison sans avoir envie de sortir ?
- avez vous l'impression de que vous ne valez rien, que vous êtes bon à rien ?
- vous sentez vous déprimé ? Avez vous des idées noires ?
- éprouvez vous de la honte, des modifications importantes de vos émotions ?
- ressentez vous un mal-être (mentalement, physiquement) ?
- avez vous augmentez votre consommation d'alcool ? Consommez vous des drogues ?
- avez vous l'impression de vous couper du monde réel (avec une utilisation intensive d'internet par exemple) ?

Ces signes sont évocateurs de ce qui pouvez ressentir lorsque vous êtes pris dans un cycle de violences conjugales.

   

 

Voir les commentaires

Une femme blesse son mari

16 Décembre 2008, 22:42pm

Publié par SOS Hommes Battus


"7 août, Atlantic Beach, Floride - Amanda Trott a été arrêtée pour violences conjugales après avoir jeté une barquette de lasagnes surgelées à son mari durant une dispute.

Alertés par des voisins du couple, les officiers de police dépêchés au domicile des Trott ont trouvé le mari blessé à la tête par le projectile que sa femme venait de lui lancer. Celle-ci l'avait également giflé.

Accusée de coups et blessures, Mme Trott a été placée en détention."


Cette anecdote qui peut prêter à sourire est malheureusement représentative des petites violences dont l'homme peut être victime au sein de son couple et cela de façon quotidienne.


En France, nous savons que cette femme n'aurait pas été arrêtée. On l'aurait juste prié de se calmer et tout le monde aurait fait comme si de rien n'était.

Voir les commentaires

Les coups à travers le langage

16 Décembre 2008, 22:40pm

Publié par SOS Hommes Battus


Beaucoup d'hommes victimes de violences conjugales pensent que s'ils ne sont pas physiquement battus ils ne sont pas abusés.


C'est une erreur.


Il est possible d'abuser une personne via une maltraitance verbale, émotionnelle et psychologique afin de lui faire perdre son estime de lui-même.


Voici quelques questions que vous pouvez vous poser :


- votre partenaire vous ignore-t-elle ou se moque-t-elle de vos sentiments ? Elle vous trouve "trop sensible" ou vous dit que "vous n'avez pas le sens de l'humour" ou que '"vous prenez tout du mauvais côté" ?


- votre partenaire ne vous parle plus lorsque vous lui dites quelque chose qui ne lui plaît pas ? Elle vous ignore ou supprime toute marque d'affection afin de vous "punir" ?


- votre partenaire vous rabaisse ou vous dit systématiquement que vous avez tort lorsque vous n'êtes pas d'accord avec elle ? Vous avez toujours "tout faux" ? Vous avez toujours tort ? Elle vous dit que vous ne savez pas de quoi vous parlez ? Elle ne supporte pas que vous ayez votre propre opinion ?


- Elle se moque de vous ? Elle vous ridiculise lorsque vous vous exprimez sur des sujets qui vous tiennent à coeur ? Elle y prend même du plaisir ? Elle vous accuse de ne pas comprendre la blague ? Elle vous rabaisse par ses sarcasmes ?


- Lorsque vous essayez de mettre à plat vos difficultés votre partenaire change de sujet ? Elle le fait toujours en retournant la situation contre vous ?


- Votre partenaire vous rend responsable de tout ce qui ne va pas ? Elle ne supporte pas que vous exprimiez vos sentiments ? Elle est jalouse ? Elle vous accuse d'avoir une maîtresse ?


- Votre partenaire se moque de ce que vous dites ? Elle ne tient pas compte de vos ressentis ou de ce que vous faites ? Elle vous insulte lorsque vous lui dites que vous savez faire quelque chose ou que vous avez des compétences ? Elle agit comme si tout ce que vous faisiez n'avait aucune importance ?


- Votre partenaire vous rabaisse par des commentaires du style "tu ne comprendrais pas" ou "tu ne l'as jamais fait ?" ? Elle détruit systématiquement vos idées et vos projets en vous montrant que de toute façon vous n'y arriverez pas ? Elle ne vous laisse jamais tranquille ?

- Elle vous menace, directement ou indirectement ? Elle vous menace de devenir violente ? Elle vous menace de vous faire psychologiquement ? Elle vous menace physiquement avec une arme ou un objet ?

- Elle vous parle vulgairement ? Elle vous surnomme par un "petit nom" désagréable ou méchant ?

- Votre partenaire vous fait des promesses qu'elle oublie de tenir ? Elle prétend ne pas se souvenir d'incidents ou de discussions ? Elle prétend ne pas se souvenir de certaines de vos décisions ou accords ?

- Votre partenaire ne vous parle qu'en vous donnant des ordres ? Elle exige certaines choses ou comportements ?

- Votre partenaire trouveque tout ce que vous faites est nul ? Elle vous dit tout le temps "tu aurais du faire comme ci" ou "tu ferais mieux de faire comme ça" ?

- Votre partenaire nie que certains faits se soient passés ? Vous dit-elle qu'elle n'a jamais dit cela ou qu'elle n'était pas là ?

- La colère de votre partenaire n'est-elle que de la rage ? Elle crie, elle hurle ? Elle vous abreuve d'obscénités ? Lorsqu'elle est en colère montre-t-elle qu'elle veut vous agresser physiquement ? Elle casse des choses ? Elle lance des objets dans votre direction ? Si vous cherchez à vous éloigner elle vous suit même dans une autre pièce ? Est-ce qu'elle vous attrape par vos vêtements ? Elle ne se met en colère que quand vous êtes seuls ? Ensuite, est-ce qu'elle vous reproche de l'avoir mise en colère ?

Voir les commentaires

Témoignage 2

16 Décembre 2008, 22:38pm

Publié par SOS Hommes Battus


Bonjour,


j’ ai 38 ans, papa d’ un petit garcon de 12ans, d’un premier mariage.


J’ ai vecu en couple avec ma compagne, mon fils et sa fille de 6ans durant 4ans.


Nous nous sommes séparé il y a 3 semaines.nous nous sommes déjà séparé plusieurs fois pour X raisons selon ses dires mais la véritable raison est qu’elle me battait.


Je suis allé sur votre site, et mon histoire que je croyais exceptionnelle, rare, passionelle n’est en fait qu’une histoire banale d’un homme amoureux frappé par sa compagne.


Lorsque je l’ ai rencontré je vivais seul avec mon fils dont j’ ai la garde, mon fils avait 8 ans et sa fille 2 ans. Tres vite, elle s’est installé chez moi avec sa fille, mais très vite elle devint possessive, jalouse, agressive.elle était tout le temps triste, déprimée, fatiguée. La premiere grosse gifle arrriva au bout d’un an et je la jeté illico à la porte avec sa fille, je m’en suis voulu durant des mois au point de revenir la chercher. Je l’aimais encore, la petite me manquait. Elle est revenue vivre a la maison avec la petite et cela pendant deux ans.


Elle me battait régulierement, en moyenne une fois par mois voire plus. Elle m’insultait devant les enfants, elle me frappait devant sa fille que je considérais comme la mienne.ne supportait par mes déplacements professionnels, surveillait ce que je disais, ce que je mangeais, supposait ce que je pouvais penser, fouillait mes affaires…


Apres chaque coup porté, elle s’éffondrait, vulnérable, malheureuse, anéantie et pouvait pleurer pendant des heures ; me suppliant ainsi de l’excuser, de lui pardonner, « c’est parce que je t’aime » disait elle. Pour ma part, je la prenais dans mes bras, en priant que tout cela cesse, qu’elle me laisse, qu’elle change, qu’elle m’aime autrement, moins si possible.nous finissions nos soirées à faire l’amour à 2 heure du matin, épuisés. Je lui avait pardonné, encore une fois.


Le lendemain était souvent compliqué, des crampes et des coups partout,je ne pouvais m’empecher de lui en vouloir mais je pensais aux enfants, cette petite gamine qui tenait tant à moi et cette nouvelle vie, cette nouvelle chance pour mon fils. Je renoncais à briser tout ça.mais plus ca avancait pire c’était.


En fevrier je lui demandé de voir un psy, seule condition pour nous continuons cette relation sordide, elle accepta. Malheureusement, ces scéances, soulevaient certaines choses de son esprit qui la rendait encore plus violente. Il y a deux mois environ, j’ai décidé de ne plus me laisser faire, je l’avisé que la prochaine fois je ne laisserais pas faire, et ce fut le cas. Une fois, une seule contre tant d’autres, elle compris ce que je pouvais ressentir, la honte et la douleur. Cela n’a rien changé, elle continuait à me frapper mais j’avais renoncé à lui faire subir le meme sort, je m’en était trop voulu de lui avoir fait du mal, et puis elle ne se genait pas pour le clamer bien haut et surtout aux oreilles de mon fils…bref,


Cette fille dont je ne veux plus citer le nom, devenait agressive avec mon fils, elle était négligeante envers lui, le trouvait souvent débile. Avec sa fille elle criait tout le temps, la petite avait peur d’elle et restait souvent pres de moi, elle me manque aujourd’hui cette petite.


Pourquoi je vous raconte tout ca ? parce que dans 6 mois nous emménagions dans une nouvelle maison, qu’elle avait arreté la pillule, que nous voulions à priori un enfant ensemble, qu’un mariage était prévu dans un an.


parce que aujourd’hui encore, je suis amoureux d’ elle, qu’elle continue à me parler à travers des messages sur le ton qu’on lui connaît et que je la maudit d’avoir tout brisé.


Je veux en finir avec elle, je voudrais qu’elle sache ce qu’elle a détruit, et ce qu’elle n’aura pas ou plus, j’aimerais que sa famille qui me croit un salaud sache que j’aurais fait n’importe quoi pour leur fille, et que j’ai tout supporté jusqu'à il y a 3 semaines ; j’étais en voyage, et un nouvel incident avec mon fils, un truc débile que j’aurais dut gerer à 10000 km de chez moi entre cette compagne et mon ex, la mere du petit. Les deux femmes ne pouvaient pas se voir, comme d’habitude.


A mon retour dans l’avion je savais que c’était fini, la fatigue, le stress, le décalage, elle m’avait une fois de plus annoncé qu’elle partait chez sa mere, le chantage habituel. Arrivé, je l’ai appelé, je ne voulais plus recevoir de coups, ne plus etre insulté, je voulais etre seul. Elle n’était pas partie chez sa mere alors je lui ais demandé de le faire. Depuis elle déménage, appelle mon bureau,m’envois des messages et pourrit ma réputation aupres de ses parents.

Voir les commentaires

Pourquoi les hommes battus restent-ils avec leur compagne ?

16 Décembre 2008, 22:33pm

Publié par SOS Hommes Battus


Lorsque des personnes discutent de violences conjugales, il y a toujours une chose qui revient dans leur discours : mais pourquoi la personne victime reste-t-elle ? Et si elle reste c'est bien qu'elle n'est pas battue ou qu'elle aime ça !

C'est facile lorsqu'on n'est pas dans la situation de dire ce que l'on ferait à la place de...

Mais des hommes qui avaient ce type de réaction par le hasard de certaines circonstances sont devenus eux-mêmes des victimes de violences conjugales.


Et ils font comme ceux qu'ils critiquaient, ceux dont ils se moquaient. Ils restent. Ils n'envisagent même pas de partir d'ailleurs.


En lisant les autres articles de ce blog vous comprendrez pourquoi vous ne partez pas.

Car si vous êtes là, il y a de fortes chances pour que vous soyez concerné.


Il y a certes des étapes psychologiques à passer, mais il existe aussi des freins bien réels.


- la peur :

C'est la raison principale pour laquelle un homme ne quitte pas sa compagne qui le maltraite. Il n'ose pas la quitter. Et il a bien raison : les chiffres montrent que les agressions (parfois mortelles) ont lieu lorsque l'homme dit qu'il va quitter sa compagne ou juste après l'avoir quittée. Vous voulez partir ? Ne le faites pas sans avoir mis en place un plan de sûreté pour vous et vos enfants. Mais si votre partenaire vous menace de vous tuer, n'hésitez pas, déposez plainte et partez. N'attendez pas, une fois que vous serez mort ce sera trop tard !

- le manque d'appui :

Les violences conjugales passent par une phase d'isolement de la victime. Vos liens avec votre famille ont été distendus, les liens avec vos amis ont été cassés, psychologiquement vous dépendez totalement de votre compagne.


- le manque de ressources économiques :

C'est un phénomène souvent occulté. L'homme victime de violences conjugales est souvent sans ressources financières. Il ne peut partir surtout s'il y a des enfants en jeu. Vous pouvez être accueilli dans un foyer avec vos enfants en attendant de retrouver une indépendance financière.


- vos enfants :

Il n'est pas rare que les enfants soient eux-mêmes victimes de maltraitrances psychologiques ou physiques. L'homme victime se pose en intermédiaire entre la mère abusive et les enfants. Ils ne veut pas laisser ses enfants seuls avec elle. Votre compagne peut vous menacer de partir avec les enfants. Mais ne partez pas sur un coup de tête, vous y perdriez la garde de vos enfants et passeriez votre temps à vous morfondre pour leur intégrité psychique/physique voire pour leur vie.


- un fort sentiment de culpabilité :

Vous savez que votre compagne ne se comporte pas bien. Sans doute pourrai-t-elle se faire prendre en charge et l'idée de la laisser alors qu'elle ne va pas bien vous fait culpabiliser.


- elle vous promet que ça va s'arranger :

Elle vous promet qu'elle ne recommencera pas. Vous avez envie de la croire.
Ca fait combien de fois qu'elle vous dit cela ?


- les rôles sociaux :

On apprend aux hommes à être les protecteurs de la famille. Partir veut dire pour vous abandonner votre famille et c'est croire que vous avez échoué dans votre rôle d'homme.


- vos valeurs et vos convictions religieuses :

Vos convictions religieuses renforcent les liens du mariage. Dans beaucoup de religions l'homme est responsable du bien-être de sa famille. Et si vous êtes marié, vous l'êtes aussi pour le pire. Ces convictions peuvent être suffisamment fortes pour vous faire rester dans une relation destructice.


- la Société ne croit pas aux hommes victimes de violences conjugales :

Beaucoup de personnes ne peuvent croire aux violences conjugales sur les hommes. De toute façon pour ces personnes ce qui se passent chez vous relève du privé et ne les regarde pas. S'il existe des actions de prévention relatives aux violences sur les femmes, sur enfants, sur les animaux, il n'existe rien pour la violences envers les hommes.


- votre amour pour votre compagne :

En général, lorsqu'un homme et une femme décident de vivre ensemble c'est par amour. Cette émotion profonde ne disparait pas à la moindre difficulté qui se présente dans le couple. Or après un accès de violence, votre compagne fait généralement pénitence, elle est gentille, vous fait des cadeaux, jure qu'elle ne recommencera plus, bref se fait pardonner. Et du fait de votre état d'esprit après son accès de violence, vous êtes persuadée par son discours et ses actes, vous pensez que les violences conjugales ne réapparaitront plus.


Et vous, pourquoi restez-vous ?

Voir les commentaires

Syndrôme de l'homme battu : les 4 étapes psychologiques

16 Décembre 2008, 22:31pm

Publié par SOS Hommes Battus


Les symptômes de ce syndrôme sont habituellement attribués aux femmes victimes de violence conjugale.

En fait, toute personne dans cette situation sera touché de la même façon.

Beaucoup d'hommes battus, une fois qu'ils sont entrés dans la spirale des violences conjugales, pensent qu'il n'existe pas de moyen d'en sortir.

Ils pensent que s'ils restent elle risque de les tuer mais que s'ils partent elle va les harceler puis les tuer. Sans compter la peur pour les enfants.

Les hommes battus se sentent pris au piège.

1. le déni :
L'homme refus d'admettre qu'il est victime de violences conjugales ou qu'il "y a un problème". Il a été battu ? Ce n'est qu'un accident !
Il trouve des excuses à la violence de sa compagne (elle a été battue, elle a été abandonnée, elle a eu une enfance difficile...). L'homme tente de se persuader que cela ne se renouvellera pas.

2. La culpabilité :
L'homme victime de violences conjugale sait désormais qu'il existe un problème, mais il se considère "mériter" cette situation. Il n'admet toujours pas être battu ou maltraité car l'homme victime pense que c'est la faute à son caractère faible et qu'il ne sait pas répondre aux attentes de sa compagne.

3. La prise de conscience :
L'homme victime ne se sent plus responsable des comportements maltraitants de sa compagne. Il reconnait qu'il ne mérite pas ça. Mais il veut continuer à maintenir les relations avec sa compagne, rester avec elle, espérant toujours que ça va s'arranger.


4. La responsabilité :
L'homme victime de violences conjugales finit par comprendre que sa compagne ne veut pas ou ne peut pas arrêter ses comportements violents. L'homme victime décide alors qu'il n'a plus à subir ce traitement et qu'il veut démarrer une nouvelle vie.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>