Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

Les vrais hommes font leur lessive

18 Novembre 2011, 13:06pm

Publié par SOS Hommes Battus

Une grande marque d'électroménager innove avec une nouvelle publicité pour un lave-linge.

Rien n'a jamais été si facile, tellement que même les hommes vont y arriver !

 

Voici l'image de la pub (issue du magazine Gala n° 961)

 

brandt2.jpg

 

On remarquera plusieurs choses :

 

1. sur le t-shirt du jeune garçon : "Les vrais hommes font leur lessive (c'est maman qui l'a dit)".

Plusieurs niveau de lecture de ce texte : D'abord ce n'est pas la maman qui fait la lessive à la maison, mais le papa. C'est son droit, il n'est pas inscrit dans les gène que faire la lessive soit plus féminin que masculin. Les "vrais hommes" signifie donc qu'il y aurait des "faux hommes", qui se définissent de toute évidence comme des êtres qui ne font pas la lessive, ce qui est assez limitatif comme critères de masculinité. Cette mère confond de toute évidence "homme" et "garçon", car de nos jours les enfants ne sont plus des adultes en miniature, il semble donc y avoir une confusion dans le statut de ce jeune garçon qu'on considère déjà comme un homme. A moins, bien sur, que le discours de la mère à son enfant cherche en fait à viser le mari. Cet enfant serait donc instrumentaliser par la mère qui au lieu de dire à son mari qu'il pourrait s'y mettre aussi, préfère utiliser son enfant pour faire passer le message. Dans ce cas, vu le manque de considération pour son enfant, on peut se demander quelle considération elle a pour son mari (sous entendu "mon mari, ce "faux homme" qui ne fait pas la lessive).

 

2. le sous titre : "(...) faire sa lessive est la portée de tous.

Les hommes des abrutis c'est bien connus, incapables qu'ils sont de réussir une tâche ménagère, alors faire une lessive vous n'y pensez pas ! Messieurs, sachez qu'avec cette machine, même les plus bêtes d'entre vous, ces "faux hommes" (la notion de sous-hommes n'est elle pas implicite ?) pourront s'élever au niveau de la femme qui vous dépasse tous puisqu'elle au moins sait faire la lessive. Il n'y a pas à dire les critères de l'intelligence et du statut de l'humanité dépend de notre capacité à faire la lessive. L'homme se devra donc de devenir une femme pour lui avoir le droit d'être bien considéré.

Rappelons, d'abord aux publicistes qu'on ne fait plus la lessive. C'est la machine qui l'a fait, les pauves humains que nous sommes se contentent de mettre le linge dedans et d'appuyer sur un bouton.

Leur discours, qui se veut sans doute drolatique, est en fait totalement sexiste et misandre et se base sur stéréotypes inadmissibles au XXIème siècle.

Ce discours est doublement grave dans la mesure où il ne se contente pas de s'en prendre aux hommes adultes mais aussi aux "enfants mâles" qui ne doivent surtout pas prendre modèle sur leur père (raté puisqu'un d'un point de vue psychanalytique, les jeunes garçons se construisent dans le modèle paternel). Alors cette pub pose encore une fois la question du devenir de l'homme. Devra t il devenir une femme pour faire plaisir au marketer ? Quel message les femmes réservent-elles à leurs enfants et surtout quelle place ces femmes sont elles prêtes à donner à leurs jeunes garçons ?

Vous avez envie de laisser quelques messages à la société qui fabriquent ces lave-linges qui vont vous conduire à l'humanité : relations.consommateurs@fagorbrandt.com

 

 

 

 

Commenter cet article

Xxmen 26/01/2012 19:58

Et bien je faisait la lessive et jai lavé a la main durant un mois pour toute la famille pendant le temp que nous finission de payé la laveuse, car ces moi qui el fait le mieu, jen avait des cloque
au doigts, enfant jais fait pareil au chalet familial. Je doit etre un foutu vrai de vrai mâle! loll.. bandes didiots. ^^ (p.s. : Par-contre, je ne fait pas la vaisselle ) ha ha! je vais revenir
vous lire, ce site est tres interessant et j'y est lu beaucoup de chose dont je susi tout a fait en accord. Yan

Thess 21/12/2011 17:44

C'est tout à fait exact, les publicitaires s'appuient sur les stéréotypes et en jouent - une grande partie des messages publicitaires s'appuient sur ces procédés. C'est le pain quotidien des
créatifs : ça leur permet d'élaborer des para-doxes (littéralement "contre la doxa", l'opinion dominante) qui sont, on le sait depuis la Grèce antique, des techniques efficaces pour capter
l'attention d'un auditoire (un peu de provoc, un peu de connivence et hop, c'est quasi vendu). Donc on va commencer par chercher la doxa et après on construit dessus. Ce faisant on la perpétue
(peut-être), en tout cas on la formule et on lui donne de la visibilité. La marque dirait "au contraire, on la met en question, on la tourne en ridicule". Je pense surtout que les valeurs, au fond,
ce n'est pas son problème - si "ça marche" et que les gens sont contents, elle a rempli son objectif, basta cosi. A l'image d'un autre objet rhétorique qu'on voit beaucoup en ce moment et dont les
implications échappent complètement à son auteur : "chacun a sa propre idée de l'indépendance". Sur le fond c'est horrible mais on s'en fiche, le paradoxe et la connivence fonctionnent.

Thess 21/12/2011 14:17

Essayons de faire la généalogie de cette annonce. On part du faktum : depuis 50 ans le taux d'activité des femmes augmente corrélativement à l'implication des hommes dans les taches ménagères. Le
créneau porteur pour l'électro ménager c'est donc plus que jamais la simplification de l'ingénierie ménagère. On a moins de temps et on est fatigué : le café devient un "n-express-o", le four est
programmable du matin pour le soir, le frigo fait les courses etc. La contribution des fabricants de machines à laver c'est la dosette de lessive qui permet de passer de 4 gestes à 2 (1/on sort,
2/on place). Après quoi on va voir le publicitaire. Deux grands classiques à faire passer : 1/ mon produit est révolutionnaire 2/ mon produit vous ressemble (enfin). Le créatif répond avec deux
figures de style tout aussi éculées : connivence (story telling implicite : "mesdames je sais ce que vous vivez") et paradoxe (dans la doxa le "vrai homme" c'est celui qui fait la guerre pas la
lessive). Le créa rend la copy suivante : si les hommes ne font pas la lessive c'est parce que c'est trop compliqué pour eux mais avec les dosettes on se met à leur portée. C'est une "private joke"
que Brandt fait mine de partager avec les femmes tout en s'adressant aux hommes d'une façon provocatrice - mais évidemment très politiquement correcte parce que la plupart des hommes admettent
qu'il doit y avoir partage des taches.

Voila. En résumé ce qui me fascine c'est que les "déconstructeurs" voient toujours dans la pub du politique là où il n'y a pour les marques que des procédés techniques efficaces. Pour faire du
pognon, car c'est de ça qu'il s'agit.

SOS Hommes Battus 21/12/2011 17:06



Si le terme "déconstructeurs" nous concerne, on ne voit pas bien où on fait du "pognon" comme vous dites. Pour les marques c'est évident.


maintenant, vous l'écrivez vous même le publicitaire part d'un "private joke" implicite que l'homme fait la guerre pas la lessive, que c'est parce que faire la guerre serait plus simple que de
faire la lessive et que les hommes trouveraient normal qu'on les prenne pour des débiles (ce que vous oublier d'écrire). Mais d'où sortent tous ces poncifs ? D'où sort-on que les hommes préfèrent
faire la guerre que la lessive ? D'où sort-on qu'ils sont incapables de la faire (alors que dans les faits, il y en bien plus qui la font que de femmes) ? Pourquoi donc les femmes
considèrent-elles normales de véhiculer ce type de stéréotypes ? Et qu'est-ce qui peut bien vous faire croire que les hommes adhèrent à cette vision d'eux mêmes ?


Car oui vous sauter une étape importante, vous oublier d'écrire que du coup il faut parler "abruti" aux hommes. Bien sur qu'ils sont d'accord pour le partage des taches (ils ne vont plus à la
guerre !). Ca n'a rien du "private joke" ni d'une provocation, c'est un message véhiculé qui entretient des stéréotypes trompeurs. Les publicistes n'ont jamais fait que refléter les "travers" de
notre Société, on l'a vu avec le "porno chic" et les tendances SM, on le voit aujourd'hui avec la "pédophilie" qui s'immisce en douceur dans la publicité.On reconnait tout de suite un pub créée
par une femme ou par homme... mais si les hommes mettent les femmes à poil (ça a le mérité d'être clair, même si nous ne sommes pas d'accord), les femmes utilisent la manipulation psychologique
(voir les pubs "Axe").



thess 21/12/2011 12:05

Avec une analyse aussi tordue, il n'y a pas une pub qui ne soit pas raciste, misandre etc. N'est-il pas plus simple, parfois, de se reporter humblement à l'intention d'un message qui ne pose pas de
vrai problème de compréhension ?

SOS Hommes Battus 21/12/2011 12:29



Vous avez tort. Les publicistes ne font pas de messages simples, mais ce qu'ils veulent vous faire croire. N'acceptez pas de faire partie de ces personnes qui n'utilisent plus qu'une partie de
leur cerveau devant leur télé, comprenez que la pub est une manipulation mentale qui véhicule une image non seulement du produit mais aussi de la Société dans laquelle se produit est amené à être
proposé.



straight 20/12/2011 13:38

Bonne initiative que cette critique de cette pub. Je rajouterai que les conséquences de l'usage de ce slogan sont pire que cela : il vise à critiquer la masculinité machiste, mais en même temps,
s'appuie quand même sur une base machiste, via l'emploi du mot "vrai". Et de nombreuses campagnes féministes misandres emploient le même type de slogan, qui au final ne combat pas le machisme, mais
le change ! en gros les féministes ne veulent la mort du machisme, mais veulent transformer le machisme plaçant les hommes comme supérieurs aux femmes, en un néo-machisme dans lequel les hommes ont
encore leur virilité, mais "muselée", afin de permettre aux femmes d'être égales, voire supérieures aux hommes !
Nous avons basculé dans une société qui au lieu de se débarrasser des comportements sexistes traditionnels, veut simplement les pacifier ! les hommes sont toujours virils, et les femmes sont plus
que jamais sensuelles ! mais le résultat est un échec : en laissant aux hommes leur virilité, et aux femmes leur sensualité, on laisse la base essentielle de la guerre des sexes ! du coup les
comportements sexistes ne sont pas prêt de disparaitre, ils sont juste différent d'il y a 30 ans. Le réflexe de domination est toujours présent, que ce soit les hommes sur les femmes, et les femmes
sur les hommes. On a juste supprimé quelques outils aux hommes, et donné de nouveaux aux femmes.

Alexis 18/11/2011 17:15

Votre analyse est très bien vue, nous sommes dans une approche misandre qui s'ignore aujourd'hui totalement et il n'est que trop temps de remettre le gouvernail au centre tellement l'abus est
manifeste dans cette façon de traiter les hommes par la négative. A bientôt.