Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

La prise en compte des violences psychologiques

25 Février 2010, 14:34pm

Publié par SOS Hommes Battus

Vous l'avez sûrement lu dans les médias, l'Assemblée Nationale veut se pencher sur la prise en compte des violences psychologiques dans les couples afin que les femmes victimes soient mieux dépistées et reconnues.

On ne peut nier que ces violences existent. Les violences psychologiques, rappelons le, ce sont : le harcèlement moral, la réception d'appels téléphoniques à tout moment de la journée, le fait de recevoir en continu des reproches, d'être humilié et rabaissé, le fait de ne pas pouvoir avoir accès en libre service à tout objet ou toute pièce du lieu de vie (par exemple, l'interdiction d'approcher le réfrigérateur...), le fait que l'intimité n'existe plus, le fait d'isoler la victime de sa famille, le fait de l'obliger à verser son salaire sur le compte de son agresseur.... La liste est longue.

Mais ces violences sont elles l'apanage des femmes victimes ? On peut en douter.

C'est oublier un peu vite que les violences conjugales ne fonctionnent pas selon le même cycle selon que c'est l'homme qui est violent ou que c'est la femme qui est violente.

Dans les couples où l'homme est l'agresseur, c'est d'abord la violence physique qui impose sa loi.
Ensuite lorsque la femme est sous emprise "physique", l'homme agresseur peut alors imposer les violences psyhcologiques. La femme se met à avoir peur. Peur de mal faire et surtout peur des représailles. Que les coups se déclenchent. Pour tout et surtout pour rien. Cette peur est un stress très important. L'homme peut alors y adjoindre toutes violences psychologiques possibles : du contrôle total en passant par la jalousie et le fait que rien ne va jamais.

Dans les couples où la femme est l'agresseuse, c'est d'abord les violences psychologiques qui s'imposent.
Cela commence par quelques remarques. Puis les humiliations, les interdictions, les rabaissements sexuels, des doutes sur la virilité. Dans l'intimité puis devant les enfants, ensuite devant la familles ou les amis.
Ensuite les insultes et les menaces.
Puis ensuite, parfois quelques années plus tard, lorsque l'homme en est réduit à être un soumis obéissant qui craint toutes les explosions de la part de sa compagne, viennent les violences physiques : les coups, les morsures, les tentatives de meurtres.

Pour faire plus clair :
- lorsque l'homme agresse, c'est d'abord les violences physiques puis les violences psychologiques
- lorsque la femme agresse, c'est d'abord les violences psychologiques puis les violences physiques.

Si nous, au sein de SOS Hommes Battus, nous avons pu le constater, plein d'autres ont pu le faire : les médecins, les psychiatres, les psychologues, la familles, les amis...
Seul les membres du gouvernement, les politiciens semblent ne pas s'en être aperçus.

Certes les violences sur les hommes par les femmes demeurent un sujet tabou en France.
Certes les hommes ne parlent toujours pas, refusent de se réunir, de se montrer et même de déposer plainte.

Alors ce sont sans doute les femmes agresseuses qui ont raison, elles peuvent agresser, insulter, taper, mordre, elles peuvent se faire passer pour les victimes et ne risquent rien.

Et vous Messieurs vous accusez les coups et ne dites toujours rien....
Ce qui démontre bien que les violences psychologiques détruisent et nient l'existence de l'autre au point qu'il en arrive à nier sa propre souffrance.


La séance publique de l'Assemblée nationale en direct : ICI (25 février 2010)

Pour relever la tête et refuser toute discrimination, faites part de vos commentaires et réclamations en écrivant  Mesdames Chantal Brunel et Nadine Moreno.


Commenter cet article

dragonne 28/10/2015 11:47

Bonjour, j'ai un ami qui es marié depuis maintenant plus d'un an il a quitté famille travail pays (Algérie) sa femme passe son temps à le rabaisser et le menace elle refuse qu'il travail qu'il reçoit des appels de sa famille ou ses amis refuse qu'il utilise internet et actuellement sans un sous en poche sa femme refuse de le soutenir financièrement pour faire ses démarches administratives du style changer son permis son passeport etc j'aimerai l'aider mais je sais pas du tout comment faire tout avis es bon à prendre merci d'avance pour lui

gilled 28/09/2014 17:56

Ok..mais à qui un homme peut s adresser en cas de harcèlement moral ????

soshommesbattus 25/11/2014 18:46

Au commissariat,,mais cela relève uniquement d’une main courante. Mais le Procureur peut décider de poursuivre s’il évalue qu’il y a violences psychologiques.

roberto 10/07/2013 22:17

j'ai bientôt 31 ans, marié 2 enfants, bientôt un 3ème, ma femme ne me supporte plus, je l'avoue je suis lent, pas bricoleur, pas bon cuisinier, manque un peu de confiance en moi, désorganisé et
parfois attiré par d'autres femmes (mais je ne veux pas la tromper, je ne l'ai jamais fait, c'est vrais les autres sont plus belles mais j'ai fait un choix il y a des années).
nous nous embrouillons depuis des mois, voir des années. mon quotidien, c'est des insultes, ma dévalorisation devant mes enfants, du harcellement tous les 3 soirs de minuit à 2h, des menaces, des
ordres, bref la soumission.
je reste pour ma famille, pour mes enfants, je garde espoir que ma femme se tempere si je deviens plus compétent a ses yeux et plus attentionné. en attendant je souffre, je ne suis pas violent mais
je sens que je pourrai la baffer sevère. en cas de crise une fois (je me suis fait gifflé et mes affaires ont volé par la fenètre), j'ai alerté nos familles mais ça n'a rien changé, juste que nous
passons pour des cassoss depuis...
je vois une psy qui m'aide à travailler la patience, le recul, la non réponse en cas de conflit, ça m'aide a décripter les comportements de ma femmes, mais c'est 2 pas en avant pour un et demi en
arrière...
elle se dit victime de violence conjugale et me dit vouloir porter plainte et se débarasser de moi, garde des enfants compris, c'est la m...

SOS Hommes Battus 31/07/2013 17:35



Bonjour


Si nous comprenons bien vous avez le choix de vivre avec une femme qui ne vous plait pas.


De son côté votre compagne a fait le choix de vivre avec un compagnon qui le lui convient pas.


Avouez que votre coupe ne tient que par un fil... Et vous comprenez bien que votre compagne souhaite que vous partiez. Tous vos efforts ni changeront rien, ce qu'elle veut c'est ne plus être avec
vous, ne plus vous voir. Elle ne vous aime pas, il va vous falloir l'accepter.


Devenir plus "parfait" ne fera que la mettre encore plus en colère, car cela montre que vous n'avez pas compris sa demande, encore une fois elle ne veut pas que vous fassiez d'effort, elle veut
se séparer. Mais elle attend que cela vienne de vous....


Vos familles ne peuvent vous aider, ce n'est pas elles qui vivent cela au quotidien. Vous semblez espérer que quelqu'un d'autre prenne la décision pour vous. Soyez conscient que la violence ne
s'arrange jamais, elle s'aggrave. Donc cela va être de pire en pire. Elle tente de vous pousser à commettre l'irréparable, comme cela enfin vous serez obligé de partir et elle aura tout : le
logement, l'argent, les enfants.... et elle aura réussi à vous détruire.


Vous voyez un psy ? C'est bien, il ne s'agit pas de comprendre comment être patient, bien au contraire, mais bien à comprendre pourquoi vous continuez à vous accrocher à une femme qui vous fait
souffrir et qui ne vous aime pas. 


Elle a été claire. Si vous ne partez pas, elle déposera faussement plainte. Alors prenez les devants, déposez plainte pour les violences que vous subissez. Prenez un avocat, posez votre demande
de divorce et emmenez vos enfants loin de tout cela. Ils vous remercieront plus tard d'avoir su les protéger et d'avoir joué votre rôle de père.


Agissez vite avant qu'il ne soit trop tard.


Bon courage


 


 



jackie 14/04/2010 15:12


Bonjour, je suis une femme et une femme qui a été maltraitée psychologiquement et physiquement, sur suis sur des forums où il y a des hommes qui ont du mal à dire leur douleur, parce qu'ils sont
hommes, je vous soutiens dans ce qui est de mettre l'égalité dans ce domaine là, pour ça je crois que les mentalités machistes doivent changer, femme faible, homme fort et dominateur....c'est fini
tout ça.
Les victimes hommes ou femmes doivent pouvoir dire leur souffrance.


Mémoire68 05/04/2010 18:54


Ce qui est troublant est que le texte de loi prend en compte les femmes Et les hommes mais lorsque l'on tape violence psychologique sur google, les articles internet déclinent à nouveau la loi sur
le versant féminin.Quel implication des médias dans la reconnaissance des victimes masculines?


SOS Hommes Battus 12/04/2010 17:52



Bonne question.


Les médias parlent parfois des violences faites aux hommes parce que "tiens, c'est un sujet qu'on n'a pas encore traité cet année !.


Les violences faites aux femmes sont "reconnues" depuis 20 ans et on en fait de la prévention depuis 10 ans. Pour les hommes on en est aux balbutiements. Il y a donc presque 20 ans de retard
entre la prise de conscience des violences.


Le premier but est surtout d'arriver à ce que les violences faites aux hommes donnent lieu à autant de prévention que celles faites aux hommes. Jusqu'au moment où, nous l'espérons, on cessera de
parler des violences faites aux hommes ou aux femmes, mais de violences conjugales tout court sans précision de sexe. Car la violence ne doit exister ni dans un sens ni dans l'autre.


SOS Hommes Battus



Carmen 03/03/2010 22:53


Bonjour,
en tant que femme, j'ai été victime de harcelement psychologique, qui s'est transformé en violence tout court. Aujourd'hui, j'ai un très bon ami, qui subit cette meme agression psychologique de la
part de sa compagne. Alors je peux témougner aujourd'hui que les violences conjugales quelles qu'elles soient ne sont pas l'apanage de l'homme. Ce qui est sur c'est qu'il y a encore beaucoup de
choses à faire pour la protection des uns et des autres. Je confirme aussi, qu'il est beaucoup plus difficile pour un homme de se confier à ce sujet parce que pour la société, subir ce genre de
chose de la part de sa compagne reste malheureusement une faiblesse, une honte..... La difficulté, dans ce domaine, sera de faire changer les mentalités pour que les choses bougent.
En tout cas je souhaite un grand courage à celles et ceux qui subissent ces traitements.