Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

A propos de la Journée de la Femme...

20 Mars 2011, 09:52am

Publié par SOS Hommes Battus

Malik Dia, journaliste au journal Républicain Lorrain a proposé à notre présidente une "carte blanche" sur sa perception du 8 mars (Journée de la Femme").

 

Voici ce qu'a écrit notre présidente, Sylvianne Spitzer : :

 

Article paru le 15 mars dans le Républicain Lorrain

 

 

 

 

"Le 8 mars c’était la Journée Internationale de la Femme.

De « la » femme, pas « des femmes ». Comme si toutes les femmes ne faisaient qu’un, comme si elles étaient toutes sur le même modèle, avec les mêmes comportements, les mêmes aspirations, les mêmes vies, dans un même environnement, avec le même rôle standardisé.

 

Le 8 mars les femmes deviennent donc interchangeables.

Drôle d’hommage aux femmes…

 

Heureusement, les autres jours de l’année, elles peuvent exprimer leur individualité. En France, aujourd’hui, elles font des études, elles travaillent, elles choisissent d’avoir des enfants, elles changent de partenaires, elles votent…

 

Elles ont des droits. C’est bien, c’est très bien même.

Elles ont d’ailleurs les mêmes droits que les hommes, la Loi s’applique à tous sans discrimination de sexe.

Mais à force de leur marteler, certaines pensent qu’elles ont « tous les droits »: maltraiter ses enfant ou frapper son compagnon. « J’ai le droit » disent celles-là, plus nombreuses que les stéréotypes nous le font croire.

 

Sans doute faudrait-il rappeler que les droits sont les mêmes pour tous.

 

Pourtant, parfois il nous prend d’avoir des doutes. Prenons deux exemples :

- Dans un commissariat, lorsqu’une femme arrive alléguant des violences conjugales on lui propose de déposer plainte. Lorsqu’un homme arrive se disant victime de violences conjugales, on lui demande ce qu’il veut faire et s’il veut déposer une plainte, on l’oriente vers une main-courante.

- Lorsqu’un homme est violent avec sa partenaire, cet agresseur doit quitter le logement. Lorsqu’une femme est violente avec son partenaire, c’est l’homme victime qui doit quitter le logement.

 

Avoir des droits c’est aussi avoir des devoirs.

 

Ne créons pas la Journée de l’Homme, supprimons cette Journée de la Femme. Nicolas Sarkozy a fini par prendre conscience que cette journée ne faisait qu’opposer les hommes et les femmes.

 

Plutôt que de décompter les violences intra-familiales par les hommes ou par les femmes et de les brandir comme un étendard d’accès à l’égalité de genre, faisons en sorte qu’elles disparaissent.

Et pour ça n’attendons pas le 8 mars. Faisons le tous les jours."

 

 

 

Commenter cet article

Will 31/03/2011 17:08


En fait, ces femmes visent à instaurer les « Droits de la femme » à l’instar des « Droits de l’Homme »… Cherchez l’erreur ! Ces féministes déviantes ne cherchent qu’à dominer les hommes ! Elles
n’ont nullement besoin des hommes pour exister et pour assumer leurs besoins personnels. Si ces femmes là ont des enfants de sexe masculin, ils seront à plaindre, plus tard, de vivre dans une
société misandre où les hommes sont considérés comme des batteurs de femmes et les femmes comme des victimes de la violence conjugale. Il suffit de voir la propagande sur le sujet de la violence
conjugale, organisée le 8 mars dernier, en Belgique, par AMNESTY Bruxelles et Vie Féminine pour nous ouvrir les yeux sur ce qui attend les hommes aux tournants de leurs vies… À bon entendeur…


François Brooks 31/03/2011 06:57


Le bon sens de ce texte suscite bien sûr l'adhésion, mais d'où tenez-vous que Malik Dia est une femme ? J'ai fait une recherche et n'ai trouvé aucune personne de ce nom au dit journal Le
Républicain Lorrain. Aucune photo ni image non plus sur le web, mais deux hommes portant ce nom sur Facebook. En arabe, Malik signifie « le maître », « le roi ». La forme
féminine de ce prénom est Malika.

De plus, je ne suis pas habitué à une telle discrétion d’un journaliste. Habituellement ces professionnels de l'information adorent la visibilité médiatique.

Je n'écris pas ça par quérulence ou pour saper la valeur de ce brillant réquisitoire mais parce que l’origine de ce texte m’intrigue. Comme il semble d’une sagesse rare, j’aurais voulu lire
d’autres textes de cet auteur… Si vous en trouvez, faites-moi signe.


SOS Hommes Battus 31/03/2011 11:04



Où donc avez vous lu que Malik Dia était une femme ? Vous n'êtes pas le premier à faire cette inférence. Malik Dia est un jeune homme, journaliste fort sympathique du RL.


Quant au contenu du texte il a été dans son intégralité rédigé par notre Présidente, Sylvianne Spitzer, à laquelle le journaliste avait donné carte blanche pour s'exprimer sur la journée du 8
mars.