Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

Témoignage 15

2 Juillet 2009, 10:00am

Publié par SOS Hommes Battus


Je suis tombé sur votre site par hazard. Je suis mal. En lisant les témoignages des autres internautes je me rend compte que je suis aussi victime. Sauf que moi la violence n'est pas physique. Je suis en couple depuis 5 ans. J'ai réussi à quitter mes ex mais elle je n'y suis jamais parvenu,je ne sais pas pourquoi.

Notre relation n'a jamais été idylique, je n'étais heureux que lorsque je la trompais. Je le savais mais je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas quitter. je me suis pris à mon propre piège à lui faire de belle promesses.  J'étais trop faible pour la quitter.

Elle avait toujours un problême, n'a jamais été bien dans sa peau.  Donc à chaque fois je remettais la rupture. A chaque fois une nouvelle raison:  ses études qui allait pas, sa famille. Elle m'aime tellement je ne me sent pas le courage de la quitter sa la tuerai.

Au fil des année elle m'a enfermer. J'ai rencontré une femme avec qui je l'ai trompé a nouveau . Cette femme lui a tout raconté. J'ai réussi à sauver le couple.
Depuis 2 ans je suis fidèle mais malheureux car elle m'enferme. Je sais que vous avez des cas bcp plus grave. Elle est assez dépressive et met tout sur mes épaules. Elle trouvent tout les jours une raison pour m'engueuler. Je me demande si c'est moi qui est fou parfois. Je lui pardonne tout. Elle n'est pas violente mais par son comportement gache ma vie. A la moindre erreur que je fais, au moindre retard c'est la guerre. J'en ai marre j'ai l'impression d'être un moins que rien.

Quand j'été petit mon pere frappait ma mere. Moi je ne le ferai jamais mais j'ai peur qu'a force de garder tou pour moi je le ferai un jour. Elle me domine et ca me fait mal. Je suis triste du lundi au dimanche. Depuis qu'elle a su pour ma maitresse je n'ose plus la trompé. Et pourtant je suis jeune je devrai vivre ma vie pleinement.

J'ai perdu mes amis et bientot ma famille je ne peut parler a personne. C'est vraiment dur. C'est un tyran. Parfois je la deteste et en même temps je ne veut pas qu'elle soit malheureuse donc je prend sur moi. De toute facon lorsque j'essaye de discuter elle se braque:  impossible de discuter .

Je l'observe dans sa famille elle est pareil: une enfant gaté. Elle n'a pas un mauvais fond,je le sais, elle peut être attentive, caline et douce.
Je ne sais plus quoi faire je pense à me suicider parfois, mais je ne le fait pas pour ne rendre personne malheureux surtout pas elle qui ne s'en remettrai pas.

Tous les jours un nouveau conflit, je n'en peut plus, je suis fatigué. Je bois mais rien n'y fait. J'ai un ulcere à l'estomac. Je sais que je doit la quitter mais je n'y arrive pas.
Elle me fait bcp de mal sans le vouloir, je ne lui en veut pas, et je m'en veut d'écrire tout ca.




Commenter cet article

Matt 06/07/2009 00:35

Soit vous la quittez rapidement, soit vous finirez en prison... Ainsi va la vie des hommes victimes de violences conjugales.

SOS Hommes Battus 06/07/2009 13:59


Ce qui est intéressant dans ce témoignage c'est l'inversion des rôles.
Le harcelé, celui dont la vie est détruite, trouve des excuses à sa harceleuse et la défend. C'est elle qui devient la victime. Et c'est celui qui est la victime qui a se considère comme celui qui
va détruire l'autre.

Cette façon de concevoir est l'illustration d'un mécanisme de défense. Afin de ne pas se concevoir comme victime, ce qui est perçu comme dévalorisant, l'homme déplace sa pensée et fait semblant de
rester maître de la situation.

En fait, il ne contrôle plus rien. C'est sa compagne qui maîtrise la situation, l'environnement, le mode de pensée. Elle réussi à se faire passer pour une pauvre victime.

Il faut que les hommes dans cette situation réflécissent à ce qu'ils vivent : sont ils des harceleurs, des agresseurs ou des victimes ? Lorsque la réponse commence à faire jour, alors le processus
de prise de conscience peut se mettre en place. Alors et seulement alors, il sera possible d'envisager une solutation à ce vécu.