Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

Les débordements de la publicité contre les violences conjugales

26 Juin 2009, 13:28pm

Publié par SOS Hommes Battus


Si vous regardez la télé aux heures de grande écoute, vous n'avez pas pu passer à côté de la nouvelle publicité contre la violence conjugales faite aux femmes.

Insultes, humiliations, violences physiques, tout y passe dans les différentes versions.

Et c'est tant mieux.

Si ce n'est que cette publicité a un effet pervers et donc inattendu :

Elle donne des idées à celles qui ne sont victimes de rien.

3 témoignages cette semaine :

1. Ma femme me met des gifles tous les jours. Elle ne le fait pas devant les enfants. Je n'ai jamais rien dit car je reste pour les enfants, pour eux je suis prêt à tout subir. Mais j'en n'en peux plus. On a vu la pub à la télé, celle sur les violences conjugales. On n'en n'a pas parlé. Mais le lendemain les gendarmes ont débarqué à la maison, ils sont venus pour m'emmener. J'ai appris qu'elle a déposé plainte comme quoi je l'ai giflé et humilié. Je n'ai jamais rien fait, c'est moi qui subit. Maintenant c'est moi qui l'agresse qu'elle dit. Mais qu'est ce que je vais devenir, que vont devenir mes enfants ?...


2. Ma femme a tout l'argent, tout arrive sur son compte. Elle m'a donné 10 euros pour aller faire des courses. Elle n'a jamais voulu travailler ou suivre des formations. On a 3 enfants. Quand je suis revenu des courses, les gendarmes étaient là. Ils m'ont dit qu'elle avait déposé plainte pour violence conjugale. Que je l'humiliais, la harcelais, que je l'insultais exactement avec les mots de la publicité, celle sur les violences sur les femmes qu'on a vu il y a quelques jours. Ma femme n'était même plus là. Elle était partie avec les enfants. Je ne sais même pas où. Je n'ai jamais rien fait, je suis gentil, je l'ai jamais touché, je l'aime. les gendarmes ont bien compris la situation, mais je deviens quoi maintenant. Elle partie, le frigo est vide, je n'ai pas d'argent. Je vais devenir SDF...


3. Ca fait un certain temps que ça ne va plus. Mais je reste parce qu'il y a notre petite fille de 14 mois. On a déjà parlé de se séparer. Mais moi je ne veux pas,  je suis enfant de divorcés, je sais comment c'est dur. Je ne veux pas que ma fille subisse ça. Et quand on a des enfants on assume, moi je me sacrifie. Ca arrive qu'on se dispute mais rien de plus. Jamais je n'ai levé la main sur elle et elle non plus. Et puis on a vu la pub à la télé. On en a discuté, on en a ri en se disant qu'on n'en n'étaient pas là. Deux jours après les gendarmes sont venus. Elle a été leur dire que je l'avais poussé et frappé devant la petite. Mais jamais je n'ai fait ça, ça ne me viendrait même pas à l'idée. C'est cette foutue pub qui lui a donné l'idée.Et ma fille dans tout ça, est-ce qu'elle y a pensé ?




Commenter cet article

the reader 16/07/2009 19:10

Salut je pense qu'il faut faire une publicité pour les hommes vicitmes de la violance conjugale , même crée des emissions pour les hommes battus qui viennet temoigner devant la télé il ne faut pas en avoir honte c'est le prix de la libérté . il faut que ça change .

SOS Hommes Battus 16/07/2009 22:51


Ce n'est pas une question de médiatisation mais d'éducation. Il faut que chacun soit à même d'accepter qu'une femme comme un homme peut être acteur de violence. Et qu'une victime, qu'elle soit
femme ou homme, aie les mêmes droits et la même application des peines sans a priori.
La honte n'existe que parce qu'on a peur du regard des autres. De quoi donc ont peur les hommes victimes ? A eux de le dire.