Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

Témoignage 10

16 Juin 2009, 17:55pm

Publié par SOS Hommes Battus


Je pète les plombs...

La nouvelle campagne médiatique "Violences conjugales=femmes battues" vient raviver des souvenirs récents particulièrement pénibles. Pourquoi ne parle-t'on que des femmes maltraitées, jamais maltraitantes? Ne serait-il pas plus intelligent de parler de conjoint violent ? Je veux bien croire que dans la plupart des cas les violences sont  exercées contre les femmes...mais de la à nier la violence de certaines femmes comme c'est e cas aujourd'hui...je ne peux l'accepter.

Pour illustrer mon propos, je veux simplement vous rapporter mon vécu. Sans rentrer dans les détails...
Mon épouse, d'une jalousie maladive s'est imaginée que je la trompais avec sa meilleure amie. Cette amie, victime de violences conjugales avait expliqué à mon épouse la marche à suivre pour être prise en charge: gendarmerie et assistance sociale. Le mari violent, persuadé que j'étais à l'origine du départ de sa femme (ce qui n'était aucunement le cas car j'ai appris son départ bien après) a monté la tête à mon épouse qui se trouvait ainsi confortée dans sa jalousie et a complètement perdu pied. Pendant trois semaines, mon épouse m'a harcelé du matin au soir et à plusieurs reprises j'ai dû fuire la maison et dormir dand ma voiture. C'était l'enfer...Mais à aucun moment je ne l'ai frappée. Quand j'étais à bout, je partais...et c'est arrivé souvent...très souvent. Jusqu'au jour où, n'en pouvant plus, je lui ai donné le choix. Soit j'allais à la gendarmerie, soit je la conduisais à l'hôpital...Elle choisit l'hôpital.Et, là, après examen, les médecins décidaient qu'une hospitalisation immédiate était nécessaire. Mais elle s'y opposa et j'ai dû la ramener à la maison.


Les crises de jalousie ont continué jusqu'au jours où j'ai évoqué ma situation avec notre médecin référent. Il fut donc décidé qu'il passerait à notre domicile pour l'examiner et que, si son état le nécessitait,je pourrais  faire une demande d'hospitalisation à la demande d'un tiers.Mais une des filles de mon épouse a prévenu sa mère et la veille de cette visite mon épouse est aller porter plaintes pour violences et le jour même elle quittait la maison avec ses filles.

J'ai galéré pendant des mois car c'était sa parole contre la mienne...J'étais un salaud qui avait frappé as femme! Après deux années de doutes, de craintes et de visites en gendarmerie, commissariat et Palais de Justice, le Procureur de la République a classé la plainte  pour violences sans suite.

Tout ça pour dire que certaines femmes n'hésitent pas à profiter du système et à accabler des hommes innocents,en toute légitimité et sans aucune sanction .

J'ai honte d'être français!

Commenter cet article