Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

SOS Hommes Battus

16 Décembre 2008, 21:51pm

Publié par SOS Hommes Battus

Bonjour et bienvenue sur le site réservés aux hommes victimes de violences conjugales.



Nous savons aujourd’hui qu’environ 900 000 plaintes sont déposées tous les ans pour violence conjugale, seules 1/3 de ses plaintes émanent d’hommes.


Mais peu seront prises au sérieux et mèneront à une condamnation. La violence féminine est encore un sujet tabou dans notre Société.


Or, le constat est évident, oui les femmes peuvent être violentes, oui des hommes subissent tous les jours la violence physique et/ou psychologique de leur compagne.


Sachez qu’il n’existait en France jusqu'en janvier 2008 aucune structure, aucune association qui se penche sur les hommes victimes de violence conjugale. C'est chose faite.




Je suis psychologue, criminologue et victimothérapeute, exerçant sur Montrouge (92).
Free counter and web stats

Commenter cet article

Patrick 24/02/2010 17:53


Merci d'avoir créé ce site, j'aurai aimé qu'un tel "lieu" exista en 1995. A cette époque j'étais encore marié, père de trois jeunes enfants avec l'épouse qui est aussi leur mère. Suivie au moins
mensuellement par son spy depuis que nous nous étions rencontrés en 1984, ses troubles de l'humeur se traduisaient par un mal être récurent, des colères imprévisibles et des gestes contre elle même
(simulacres de suicide).
Quand ma fille est née, pour donner un exemple, je me souvient qu'elle s'était profondément meurtrie la main droite en éclatant sur la table le biberon (en verre) qu'elle refusait de finir.
Plus tard j'ai du intervenir pour éviter que la foule l'interpelle quand elle a arraché les cheveux de nos enfants dans un super marché... Puis c'est moi (et ma voiture) qui ai fait les frais de
ces crises de nerfs. Je pensais que le temps et l'amour viendraient arranger les choses... En dehors des insultes, des humiliations et autres violences verbales, j'ai pris des coups de buche sur la
tête, j'ai évité la vaisselle qui était jeté à ma figure à la moindre contrariété dont elle m'attribuait une part de responsabilité. Au sommet de cette violence c'est même un coup de couteau
déterminé que j'ai dévié alors qu'il m'était destiné. Je n'ai pas souhaité porté plainte, pour nos enfants, attribuant ces agissements à sa maladie. Finalement le divorce que je souhaitais pas a
été engagé à sa demande, un divorce "économique" se sont ces mots car j'avais perdu mon emploi à 47 ans et elle c'est lassé des CDD et missions précaires.
Elle a provoqué jusqu'à l'extreme ma patience en partant les WE, en invitant son ami à mon domicile, en provoquant des disputes tant et si bien qu'un jour c'est moi qui ait passé une nuit en garde
à vue, pendant qu'elle recevait...
J'ai ainsi été mis à la rue en deux mois de temps, le JAF lui a accordé la maison, la voiture et les enfants alors que je n'avais plus de domicile ni vrai travail. Il m'a fallu accepter le premier
travail et un hébergement précaire pour me relever lentement. Elle semblait accepter une garde partagée puis se ravisa et je n'ai obtenu qu'une garde au tiers du temps de mes trois enfants. Je n'ai
pas de prestation CAF (qu'une APL réduite à 16€), et à ce jour un loyer qui prend plus de la moitié de ce qui reste une fois la pension alimentaire versées. C'est encore difficile car l'argent qui
doit me revenir sur la vente de la maison est encore chez l'huissier. Enfin avec la distance nos relations sont apaisées. A quand un partage équitable des allocs et des JAF qui sachent aussi
écouter les pères ?