Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

Bershka et la discrimination sexuelle

9 Mai 2012, 11:29am

Publié par SOS Hommes Battus

Mardi 8 mai 2012.

Un ami me propose de l'accompagner lui et sa fille de 12 ans pour faire des emplettes au centre commercial de Belle Epine (Thiais - 94).

 

Le très jeune fille a besoin de pantalons. Nous passons par le magasin Bershka qui vend des vêtements pour hommes et femmes.

Elle fait son choix et nous nous dirigeons tous les 3 vers les cabines d'essayage au fond du magasin.

Nous rentrons, la jeune fille choisit une cabine, ferme le rideau et nous attendons devant.

Une vendeuse arrive et demande à mon ami de sortir précisant que "les hommes ne sont pas admis dans les cabines pour les femmes".

Je suis prête à réagir, mais mon ami calme le jeu et décide de sortir.

Sa fille fini son essayage, la taille n'est pas la bonne, je propose d'aller faire l'échange de taille.

En sortant je demande à mon ami de bien vouloir prendre ma place afin que sa fille ne reste pas seule.

 

Je reviens avec le nouveau pantalon. Nouvel essayage.

Mon ami est toujours là et un autre homme, qui accompagnait de toute évidence sa compagne, discute avec sa femme qui lui montre ses essayages.

La vendeuse se représente et demande à nouveau aux hommes de bien vouloir quitter la zone "interdite aux hommes".

Cette fois mon sang ne fait qu'un tour et j'explique à la jeune femme que c'est de la discrimination sexuelle et qu'il n'y a pas lieu que les hommes partent.

Mon ami, qui me connait mon engagement sur cette problématique, me laisse faire.

La vendeuse va chercher une autre autre jeune femme, la responsable certainement.

Celle-ci nous aborde "vous avez un problème avec la vendeuse ?"
"Non, pas du tout".

Elle se tourne vers mon ami "monsieur, il faut sortir les cabines femmes sont interdites aux hommes".

Je réagis "ce que vous faites est de la discrimination sexuelle, vous le savez ?"

"Non pas du tout" me répond elle "c'est juste que nous demandons aux hommes de ne pas rester dans les cabines pour les femmes".

"D'abord, les hommes ne sont pas DANS les cabines, mais dans le passage" fais-je remarquer.

"Ensuite vous pratiquez de la discrimination, ce qui est quand même contraire à l'égalité des sexes et j'aimerai que vous m'expliquiez pourquoi les hommes ne pourraient pas rester là ?"

"Vous savez, les femmes n'ont pas le droit d'aller dans les cabines "hommes" non plus".

"C'est inadmissible" dis-je "alors, un homme comme une femme ne peut pas demander l'avis de son ou sa conjointe sur ce qu'il va acheter ?"

La responsable me répond "vous savez on fait cela pour la sécurité des femmes".

Mon sang ne fait qu'une tour. "Quelle sécurité ? Vous sous-entendez que tous les hommes sont de dangereux agresseurs et que monsieur qui est à côté de moi vient dans l'idée d'agresser une femme ?"

"Euuuhh, non, non, enfin ce n'est pas ce que j'entends pas sécurité..."

"Très bien, alors qu'entendez vous par "sécurité" ?"

"non, je suis sûre que monsieur ne veut pas de mal aux femmes, mais c'est pour les femmes, vous voyez pour leur confort".

"Ah bon ? En quoi l'absence d'un homme dans le passage des cabines améliore-t-il le confort des femmes ?"

"non, enfin vous voyez, c'est s'il y a des très jeunes filles, enfin c'est plus confortable pour les jeunes filles... Les rideaux sont transparents..."

"Non, non" dis-je "les rideaux des cabines ne sont absolument pas transparents, ils sont bien opaques comme vous pouvez le remarquer".

 

Sur ce moment, la fille de mon ami ouvre la rideau.

Stupeur de la responsable qui voit une toute jeune fille.

"Oh je ne savais que c'était une mineur...".

"Alors" dis-je "si je comprends bien si monsieur vient seul avec sa fille, il ne pourrait pas rester avec elle ?"

"Non. Si. Enfin non il n'a pas le droit d'être là".

"En vertu de quelle loi privez vous monsieur de son autorité parentale et en vertu de quoi vous substituez vous à la surveillance parentale ?"

"Euuuuh, non, mais si la jeune fille est très jeune, on ne dira rien".

"Mais si sa fille a 16 ou 17 ans, comment pouvez vous savoir s'il elle est mineure ou pas ? Sous prétexte qu'elle a 16 ans, vous allez vous substituez à l'autorité parentale ?"

".......... bon, vous savez les hommes ne se plaignent jamais".

"Eh oui, c'est ça le problème, ils ne disent rien. Vous voyez là encore c'est moi, une femme, qui défend la présence de mon ami".

"......, bon monsieur vous pouvez rester".

 

 

C'est la première fois que je suis confrontée à ce type de discrimination dans un magasin.

Au XXIème siècle, par des jeunes femmes qui ont maximum 30 ans, cela relève d'un processus d'idéologisation inquiétant.

A une époque où les femmes ne cessent de demander l'égalité, on assiste à ce type de régression tant cognitive que comportementale sans même une remise en question.

 

Bien sur il serait facile de demande le boycott de cette marque par les femmes. Il serait bien plus parlant, à notre avis, que toutes les femmes y aillent accompagner de leur petit ami, ami, compagnon et qu'ils fassent le forcing pour avoir accès aux zones cabines. Leur compagne devant les soutenir dans ce combat.

 

Il faudra que les femmes comprennent que la liberté des femmes passera par la liberté des hommes.

 

 

Vous pouvez aussi contacter directement Bershka par courrier ou via leur formulaire de contact ICI pour leur dire ce que vous pensez de leur organisation.

 

 

 

Voir les commentaires

Qui fait appliquer la Loi ?

4 Mai 2012, 10:48am

Publié par SOS Hommes Battus

De nombreux témoignages nous font part de la colère des hommes victimes face à l'inaction de la Justice.

Non pas que la Justice n'aie pas été rendue, c'est qu'elle n'est pas appliquée.

Citons ainsi le cas d'un homme. Victime des violences psychologiques et physiques de sa épouse, il fini par obtenir le divorce. Signalons que malgré les dépôts de plainte et les constats médicaux en nombre, le divorce n'a pas été réalisé aux torts de madame. Le divorce devient effectif. Madame obtient la garde des enfants adolescents et monsieur doit lui verser 300 € de pensions. Rien n'a été retenu contre lui, il faut le signaler. Le divorce prononcé, monsieur reprend sa vie, madame aussi. Puis 3 mois plus tard madame se met à harceler monsieur au téléphone, par SMS. Elle arrive à son travail, casse tout, vole et tape sur monsieur. Dépôt de plainte, constat d'huissier, constat médicaux. Plainte classée malgré les 7 jours d'arrêt. Madame recommence. Re dépôt de plainte, re constats divers. Toujours rien. Elle vie un de ses enfants (16 ans) de la maison. L'avocat pénaliste de monsieur précise qu'il y a bien quelques actions mais cela va être très long, plusieurs années sans doute. La police dit ne rien pouvoir faire. Les services sociaux disent ne pas pouvoir intervenir. Alors que faire ?

Autre homme. Marié à une femme d'origine étrangère, les comportements de madame deviennent de plus en plus violents. Coups sur lui, sur les enfants. Dépôts de plainte en pagaille, constats médicaux à la pelle. Tribunal, divorce prononcé. Cette fois les torts de madame sont reconnus. Ses papiers provisoires lui sont retirés, sa demande de nationnalité auprès de la Préfecture est annulée. Une ordonnance de sortie de territoire est prononcée. Quelques mois plus tard madame est toujours là. Elle harcèle monsieur. Elle vient chez lui, le frappe, casse tout, prend les enfants à partie, menace d'emmener les enfants. Revient avec ses frères, menaces de mort, tentatives d'enlèvement des enfants. Monsieur dépose des plaintes. Elles sont enregistrées. La sortie immédiate du territoire est prononcée. Nous sommes deux ans plus tard. Madame est toujours là. Ses exactions continuent. Le juge considère avoir fait son travail. La police dit que cela ne relève pas de son ressort. Alors de qui relève l'exécution de ses décisions judiciaires ?

Lorsque les hommes arrivent enfin au bout de leur cheminement de prise de conscience de leur victimisation, ils sont confrontés à une autre bataille : celui des procédures juridiques. Ce n'est déjà pas facile. Lorsqu'au bout de quelques mois, voire quelques années, ils sont plus ou moins enfin reconnus victimes, ils pensent en toute légitimité que leur enfer est fini, qu'ils vont pouvoir refaire leur vie, vivre avec légèreté. Ils n'en n'est rien, car les décisions prises par les tribunaux ne sont pas ou pas dans leur intégralité appliquées. 

Qui donc en France est censé faire appliquer ces mesures ? Lorsqu'on pose la questions à des avocats, ils répondent "la police ou les huissiers". Alors pourquoi ces représentants de l'Etat ne le font-ils pas ? Pourquoi lorsqu'on leur demande d'intervenir répondent-il "que cela ne relève pas de leur ressort" ? 

On peut donc légitimement se poser trois questions :

- Ceux qui sont censés faire appliquer les décisions de Justice savent-ils que cela relève de leurs services ?

- les avocats sont-ils bien informés ?

- Les juges sont-ils sont-ils conscients qu'il existe un hiatus entre leur décision et la possibilité de les faire appliquer ?

Tant que ces questions n'auront pas trouvées de réelles réponses, des hommes victimes continueront à souffrir alors qu'ils ont tout fait pour sortir de l'enfer de leur agresseuse. Sans compter les enfants qui subissent parfois directement, mais toujours indirectement ces violences sous le regard et avec le cautionnement de tout un système dans lequel personne ne sait qui fait quoi.

 

Voir les commentaires