Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

La prise en compte des violences psychologiques

25 Février 2010, 14:34pm

Publié par SOS Hommes Battus

Vous l'avez sûrement lu dans les médias, l'Assemblée Nationale veut se pencher sur la prise en compte des violences psychologiques dans les couples afin que les femmes victimes soient mieux dépistées et reconnues.

On ne peut nier que ces violences existent. Les violences psychologiques, rappelons le, ce sont : le harcèlement moral, la réception d'appels téléphoniques à tout moment de la journée, le fait de recevoir en continu des reproches, d'être humilié et rabaissé, le fait de ne pas pouvoir avoir accès en libre service à tout objet ou toute pièce du lieu de vie (par exemple, l'interdiction d'approcher le réfrigérateur...), le fait que l'intimité n'existe plus, le fait d'isoler la victime de sa famille, le fait de l'obliger à verser son salaire sur le compte de son agresseur.... La liste est longue.

Mais ces violences sont elles l'apanage des femmes victimes ? On peut en douter.

C'est oublier un peu vite que les violences conjugales ne fonctionnent pas selon le même cycle selon que c'est l'homme qui est violent ou que c'est la femme qui est violente.

Dans les couples où l'homme est l'agresseur, c'est d'abord la violence physique qui impose sa loi.
Ensuite lorsque la femme est sous emprise "physique", l'homme agresseur peut alors imposer les violences psyhcologiques. La femme se met à avoir peur. Peur de mal faire et surtout peur des représailles. Que les coups se déclenchent. Pour tout et surtout pour rien. Cette peur est un stress très important. L'homme peut alors y adjoindre toutes violences psychologiques possibles : du contrôle total en passant par la jalousie et le fait que rien ne va jamais.

Dans les couples où la femme est l'agresseuse, c'est d'abord les violences psychologiques qui s'imposent.
Cela commence par quelques remarques. Puis les humiliations, les interdictions, les rabaissements sexuels, des doutes sur la virilité. Dans l'intimité puis devant les enfants, ensuite devant la familles ou les amis.
Ensuite les insultes et les menaces.
Puis ensuite, parfois quelques années plus tard, lorsque l'homme en est réduit à être un soumis obéissant qui craint toutes les explosions de la part de sa compagne, viennent les violences physiques : les coups, les morsures, les tentatives de meurtres.

Pour faire plus clair :
- lorsque l'homme agresse, c'est d'abord les violences physiques puis les violences psychologiques
- lorsque la femme agresse, c'est d'abord les violences psychologiques puis les violences physiques.

Si nous, au sein de SOS Hommes Battus, nous avons pu le constater, plein d'autres ont pu le faire : les médecins, les psychiatres, les psychologues, la familles, les amis...
Seul les membres du gouvernement, les politiciens semblent ne pas s'en être aperçus.

Certes les violences sur les hommes par les femmes demeurent un sujet tabou en France.
Certes les hommes ne parlent toujours pas, refusent de se réunir, de se montrer et même de déposer plainte.

Alors ce sont sans doute les femmes agresseuses qui ont raison, elles peuvent agresser, insulter, taper, mordre, elles peuvent se faire passer pour les victimes et ne risquent rien.

Et vous Messieurs vous accusez les coups et ne dites toujours rien....
Ce qui démontre bien que les violences psychologiques détruisent et nient l'existence de l'autre au point qu'il en arrive à nier sa propre souffrance.


La séance publique de l'Assemblée nationale en direct : ICI (25 février 2010)

Pour relever la tête et refuser toute discrimination, faites part de vos commentaires et réclamations en écrivant  Mesdames Chantal Brunel et Nadine Moreno.


Voir les commentaires

Témoignage 29

16 Février 2010, 09:01am

Publié par SOS Hommes Battus

Ma femme a déposé plainte contre moi pour violence conjugale, or au moment où elle prétend que je l'ai frappé ( 2h du matin) je n'étais pas à la maison, j'étais avec une autre personne, d'ailleurs elle m'a appelé à 2h20 et m'a laissé un message sur le répondeur pour m'insulter... Elle a eu alors l'idée de se griffer la poitrine et les bras, elle est allée déposer plainte contre moi tout de suite après ( vers 3h du matin) et a eu un certificat d'arrêt de travail de chez le médecin de trois jours...et le lendemain, quand je suis revenue à la maison, elle a appelé la police qui m'a immédiatement embarqué et j'ai passé 48h en garde à vue, je n'ai même pas eu le temps de leur faire écouter le message sur mon répondeur qu'elle s'est débarrassé de mon tél et a fait témoigner mon fils comme quoi que je l'ai frappé...je n'ai même pas pu appeler la personne qui était avec moi pour qu'elle puisse témoigner que j'étais avec elle...

Qui pourrait m'aider? ce qui m'inquiètes le plus est le devenir de mes enfants, ils sont traumatisés et sous pression...Je sais que le remord ronge mon fils de 14 ans qui a témoigné contre moi mais il a peur de sa mère et ne peut rien avouer...

Voir les commentaires

Témoignage 28

16 Février 2010, 08:55am

Publié par SOS Hommes Battus

Bonjour,
 
Je suis en couple depuis 18 ans. Ma femme est très violente en terme d'insultes et me bat depuis tout ce temps par moment. Elle se fait soigner par des psychiatres depuis que je la connais mais le fait d'être battu n'est pas connu par eux je pense.  La dernière psy a demandé à me voir car elle suit aussi ma fille et m'a alerté sur l'état dépressif de ma fille et me demande de prendre ma fille avec moi et de nous séparer de ma femme.
 
Ma femme étant victime de ses émotions me rejette sans arrêt la faute, tous les sujets sont prétextes à me reprocher quelque chose. Tant que je ne réagi pas à ses foudres, elle monte en pression, elle recherche la confrontation à chaque fois ; et à force de voir que je ne marche pas à ses provocations et ne suis pas d'accord avec ses propos elle m'enferme dans une pièce de la maison et me prends en otage pendant des heures en essayant de m'imposer son point de vue et de m'insulter, de m'humilier et de me taper avec violence. Je passe les détails des affaires déchirées et cassées.
 
Au bout de quelques heures en fonction de ce que je peux supporter, je la rejette physiquement elle tombe et comme elle a une peau qui marque beaucoup je sais qu'elle a fait constater par des médecins ses marques et m'a dit qu'elle avait déposé des mains courantes à la gendarmerie. Il y a quelques années, elle était tellement violente qu'elle m'a donné un coup de couteau dans le dos, je n'ai jamais déposer plainte ni quoi que ce soit. Ma fille m'a dit que ma femme avait tout un dossier médical à mon encontre.
 
Quelques jours après ce coup de couteau, elle était toujours violente, sans raison, et voyant que je ne marchais pas à ses provocations injurieuses elle s'en est pris à ma fille en lui hurlant dessus, elle avait alors jeune, j'ai pris ma femme pour l'arrêter et elle m'a taper avec beaucoup de force et malheureusement j'ai eu un réflexe qui ne me  ressemble pas, j'ai mis un coup de tête et lui ai cassé le nez. Elle arrive à faire de nous (ma fille et moi) des êtres violents. j'ai pris un appartement et je me suis séparé d'elle durant un an. Ensuite elle m'a fait croire qu'elle avait profondément changé et qu'elle s'était soignée avec son psy, moi j'avais toujours des sentiments pour elle et je suis revenu à la maison après une année. ma gentillesse et mon amour pour elle m'a aveugler, ma fille restée avec ma femme durant cette année m'a déconseillé de revenir avec elles en me disant qu'elle n'avait pas changée et que ça allait recommencer, je regrette de ne pas avoir pris en compte son avis, je m'en veux terriblement.
 
Il y a peu, elle m'a pris en otage trois heures dans la salle de bain et m'a hurlé dessus, m'insultant, insultant tout ce qui me touche (famille, amis, collègues...)m'humiliant par tous les moyens et au bout de trois heures, voyant que tout glissait sur moi sans que je rentre dans le conflit, elle m'a donné un énorme coup de poing dans le visage, j'ai été choqué et pourtant j'ai fait de la boxe ; j'ai vu rouge, arraché la poignée de la porte, je l'ai poussé pour sortir, elle est tombée et s'est agrippée avec une force inimaginable comme d'habitude à mes pieds, j'ai trébuché et je lui ai marché dessus. ces situations glauques sont déplorables et j'en suis acteur malgré moi. elle a été chez le médecin qui lui a diagnostiqué une déchirure des muscles des côtes, je n'ai pas en mémoire le terme médical exact. Le médecin à déclaré cette blessure aux forces de l'ordre et j'ai été mis en garde à vue une journée (ma femme n'ayant pas déposé plainte pourtant). j'ai été entendu, j'ai donné toutes les explications et ensuite j'ai vu un procureur qui m'a également entendu quelques jours après. Je n'ai jamais eu de suite et mon casier judiciaire est toujours vierge. je vous avoue que passer par ces étapes est gravissime, je n'ai jamais connu de situation aussi terrible. Je suis cadre et j'ai managé jusqu'à plus de 300 salariés, le calme, la psychologie, la gestion du stresse, les outils de compréhension des comportements, sans compter ma nature calme et ma gentillesse qui n'est pas une qualité du fait tout ce que je sais ne sert à rien face à elle.
 
Elle est irracible et est très autoritaire. puisque je suis au chômage, je n'ai plus de voiture de fonction et sa voiture, qui est à mon nom, je n'en n'ai pas les clefs elle ne veut pas me donner les doubles de clefs et ne veut pas que je l'utilise... Elle stoke beaucoup de nourriture dans une armoire fermée à clefs, pour me priver de quelque chose comme pour une punition, c'est un comportement étrange, mais à vivre c'est très compliqué.
 
Depuis quelques semaine, elle est invivable, j'ai ramené ma fille chez la psy (c'est également la psy de ma femme) et au bout de vingt minutes, la psy est venue me chercher, ma fille était en larmes, la psy me demande de prendre ma fille et de l'emmener loin de sa mère. Je suis au chômage et même prendre un simple studio m'est impossible car je dois avoir au moins une chambre en plus pour ma fille. Ma fille étant jeune et fragile, je ne veux pas lui prendre une chambre non plus, ce serait terrible pour elle. La seule solution serait que ma femme parte prendre une chambre meublée, mais ça n'est pas du tout dans sa conception car elle se dit 'bonne mère" et que tout est de ma faute. Je suis prisonnier, désemparé, je ne sais pas quoi faire. à la suite du rdv chez la psy.

depuis deux jours que je suis rentré, elle a un comportement très violent à nouveau, je le redoutais. Ce matin, elle est venue dès la première heure m'insulter, et me raconter des insanités terribles, elle m'a tapé et je l'ai poussée à nouveau pour me dégager. elle est partie vers onze heures et n'est pas revenue, j'imagine qu'elle est allée soit chez un médecin pour faire constater des bleus ou à la gendarmerie, je ne sais pas du tout, je vous écris car je ne sais pas quoi faire, ma situation me parrait inextricable.
 
Une question concrète tout de même, si je suis à nouveau entendu par les gendarmes, puis-je porter plainte pour coup et pour mise en danger de la santé psychologique de ma fille ?
 


Voir les commentaires

Témoignage 27

16 Février 2010, 08:52am

Publié par SOS Hommes Battus

Bonjour,

J'ai vraiment honte de vous écrire mais cela est plus facile que le téléphone.

Je suis marié et je connais ma femme depuis 11 ans.

J'ai deux petites filles.

Depuis longtemps je subi des remarques, des repproches, des attaques mais vendredi dernier ... elle a frappée pplusieurs fois.

Je sais, c'est pas grand chose. Juste des coups de poings sur le torse et au ventre.

Mais ce qui me fait peur, ce sont ces propos : "Frappe moi, j'attends que ça".

4 dispute et 4 fois la même chose.

Je n'ai jamais touché ma femme et je préferre partir pour éviter tout dérapage.

Bien sûr, j'ai droit aux insultes, aux coups bas sur le sexe, mon boulot, mes enfants.

D'ailleurs après chaque dispute elle va voir les enfants pour expliquer que papa est un gros nul.

Je suis de plus en plus seul dans ma vie, mon entourage.

J'évite de parler à la maison et j'évite les problèmes.

Je suis fatigué de ces attaques.

Je ne sais pas quoi faire pour qu'elle change ou qu'elle se calme.

Je ne veux pas prendre mes enfants.

Alors, si vous avez des conseils, je suis preneur.

Voir les commentaires