Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
SOS Hommes Battus

Dépôt de plainte : adresse du Procureur de la République

26 Juillet 2009, 22:54pm

Publié par SOS Hommes Battus


Vous le savez déjà si vous avez bien lu les articles de ce site, si vous n'osez pas aller au commissariat déposer plainte, si votre demande de dépôt de plainte a été refusée par les représentants de police ou de gendarmerie ou si vous êtes dans l'impossibilité de vous déplacer au commissariat, il vous est possible d'écrire directement au Procureur de la République de votre département pour expliquer votre situation.

Votre courrier sera alors lu et évalué afin de savoir quelle action doit être menée. Votre courrier se verra attribuer un numéro et sera lu collégialement afin de savoir s'il faut le classer, ouvrir une enquête ou proposer une action rapide. Bref, votre courrier équivaut  à un dépôt de plainte.

Vous trouverez un modèle de courrier sur cet article, ICI.

Mais comme il existe un Procureur de la République pour chaque département, vous ne savez pas toujours où vous adresser et vous êtes nombreux à contacter SOS Hommes Battus pour avoir les coordonnées.

Alors voici ci-dessous un lien vers un site qui vous permettra de connaître rapidement l'adresse du Procureur de la République de votre département.

Il suffit de taper votre code postal et de valider afin qu'apparaissent toutes les juridictions accessibles en fonction de votre adresse.

Pour adresser votre courrier au Procureur de la République il vous faut choisir la même adresse que celle du TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE car le Procureur siège au sein de ce tribunal.



Voir les commentaires

le cycle des violences conjugales

12 Juillet 2009, 22:14pm

Publié par SOS Hommes Battus



Le cycle des violences conjugales démarre en phase 1 : la montée de tension, qui est caractérisée par l’apparition d’événements stressants et par l’appauvrissement de la communication.

La phase 2 est appelée aussi ‘phase d’explosion’. C’est la phase dans laquelle il y a passage à l’acte physique. La victime est alors frappée.

La phase 3 c’est la phase dite de « lune de miel ». La personne violent exprime de la culpabilité, des remords et promet ‘qu’elle ne le fera plus jamais’.

Si la phase de violence physique dure rarement longtemps, la phase comprenant les excuses, le cadeau et la Lune de miel peut durer plusieurs semaines.

Alors la personne violente découvre une « faute » (réelle ou perçue comme telle) et les violences verbales débutent. La jalousie se met en place et le compagnon peut sentir la tension qui monte.

Cela déclenche chez la victime la peur, la sensation de ne pas pouvoir sortir de cette situation et l’incapacité à contrôler l’environnement. Cet état d’esprit sert de tremplin pour précipiter et provoquer le passage à l’acte de violences physiques.

Chaque passage à l’acte s’appuie sur le passage à l’acte précédent. C’est une sorte de désinhibition apprise. L’alcool et/ou la prise de drogue peut amener au même effet.

Mais dans ce cycle la personne agressive comme sa victime partage quelque chose : le déni de la situation de violences conjugales et la minimisation des violences.

Plus il y a de passage à l’acte, plus la personne violente nie ou diminue l’importance de ses actes…. et plus le passage à l’acte peut devenir violent et dangereux.

Voir les commentaires

Témoignage 16

2 Juillet 2009, 10:03am

Publié par SOS Hommes Battus


La compagne avec qui je vis depuis 8 ans, et avec qui j’ai eu 2 enfants  me fait vivre un enfer.


Depuis plusieurs mois, je n’arrivais plus à supporter ses réflexions et ses paroles blessantes, et les disputes continuelles, et j’étais dans un état dépressif. Après une longue réflexion car je suis très attaché à mes enfants, j’ai finalement décidé de lui annoncer que je voulais la quitter, il y a 2 mois.


Depuis, son comportement est complètement hystérique, les disputes sont incessantes, et à chaque fois elle me frappe dans le but de me pousser à bout. Dès qu’elle a le moindre bleu parce que je lui ai serré le bras trop fort en me défendant, elle le montre à tout le monde.


Comme je suis beaucoup plus grand et fort qu’elle, les apparences sont évidemment contre moi, si bien qu’elle a réussi à persuader tout le monde autour de nous que j’étais un homme violent.


Lors de notre dernière dispute lundi dernier, elle s’est blessée à un clou qui dépassait du mur, et je l’ai emmenée à l’hôpital. Là elle a tout de suite été prise en main avec beaucoup de sollicitude, et tout le personnel m’a traité comme un monstre alors que j’étais moi-même marqué par ses coups et même par une morsure.


En plus de sa violence, elle m’a également causé beaucoup de tort en volant mon ancien portable pour récupérer les coordonnées de tous mes amis afin de les appeler et essayer de me discréditer auprès d’eux, et elle a également à mon insu modifié le mot de passe de ma boîte mail, si bien qu’elle était seule à pouvoir accéder à ma messagerie. Mais il parait que ces actes ne constituent pas des délits entre personnes pacsées.


Lundi dernier, après avoir hésité, j’ai finalement renoncé à déposer plainte contre elle, pensant qu’elle ne le ferait pas non plus. Evidemment, elle a déposé plainte dès sa sortie de l’hôpital, et les gendarmes n’ont pas voulu enregistrer ma plainte quand j’ai été convoqué (ont-ils vraiment le droit de refuser ?)


Mon médecin traitant a aussi refusé de me recevoir sans me donner de raison (précision : c’est une femme).

Pour tout arranger, je me retrouve au chômage car mon CDD se termine cette semaine, et j’aurai donc beaucoup de mal à payer un avocat, alors qu’elle n’a même pas besoin de demander pour avoir toute l’aide nécessaire.

 


Voir les commentaires

Témoignage 15

2 Juillet 2009, 10:00am

Publié par SOS Hommes Battus


Je suis tombé sur votre site par hazard. Je suis mal. En lisant les témoignages des autres internautes je me rend compte que je suis aussi victime. Sauf que moi la violence n'est pas physique. Je suis en couple depuis 5 ans. J'ai réussi à quitter mes ex mais elle je n'y suis jamais parvenu,je ne sais pas pourquoi.

Notre relation n'a jamais été idylique, je n'étais heureux que lorsque je la trompais. Je le savais mais je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas quitter. je me suis pris à mon propre piège à lui faire de belle promesses.  J'étais trop faible pour la quitter.

Elle avait toujours un problême, n'a jamais été bien dans sa peau.  Donc à chaque fois je remettais la rupture. A chaque fois une nouvelle raison:  ses études qui allait pas, sa famille. Elle m'aime tellement je ne me sent pas le courage de la quitter sa la tuerai.

Au fil des année elle m'a enfermer. J'ai rencontré une femme avec qui je l'ai trompé a nouveau . Cette femme lui a tout raconté. J'ai réussi à sauver le couple.
Depuis 2 ans je suis fidèle mais malheureux car elle m'enferme. Je sais que vous avez des cas bcp plus grave. Elle est assez dépressive et met tout sur mes épaules. Elle trouvent tout les jours une raison pour m'engueuler. Je me demande si c'est moi qui est fou parfois. Je lui pardonne tout. Elle n'est pas violente mais par son comportement gache ma vie. A la moindre erreur que je fais, au moindre retard c'est la guerre. J'en ai marre j'ai l'impression d'être un moins que rien.

Quand j'été petit mon pere frappait ma mere. Moi je ne le ferai jamais mais j'ai peur qu'a force de garder tou pour moi je le ferai un jour. Elle me domine et ca me fait mal. Je suis triste du lundi au dimanche. Depuis qu'elle a su pour ma maitresse je n'ose plus la trompé. Et pourtant je suis jeune je devrai vivre ma vie pleinement.

J'ai perdu mes amis et bientot ma famille je ne peut parler a personne. C'est vraiment dur. C'est un tyran. Parfois je la deteste et en même temps je ne veut pas qu'elle soit malheureuse donc je prend sur moi. De toute facon lorsque j'essaye de discuter elle se braque:  impossible de discuter .

Je l'observe dans sa famille elle est pareil: une enfant gaté. Elle n'a pas un mauvais fond,je le sais, elle peut être attentive, caline et douce.
Je ne sais plus quoi faire je pense à me suicider parfois, mais je ne le fait pas pour ne rendre personne malheureux surtout pas elle qui ne s'en remettrai pas.

Tous les jours un nouveau conflit, je n'en peut plus, je suis fatigué. Je bois mais rien n'y fait. J'ai un ulcere à l'estomac. Je sais que je doit la quitter mais je n'y arrive pas.
Elle me fait bcp de mal sans le vouloir, je ne lui en veut pas, et je m'en veut d'écrire tout ca.




Voir les commentaires

Témoignage 14

2 Juillet 2009, 09:57am

Publié par SOS Hommes Battus


Ce n’est pas facile pour moi de vous expliquer les violences, verbales et l’humiliation que je vis au quotidien. Des insultes dégradantes le plus souvent devant notre fille et ce depuis qu’elle est toute petite ; ce qui a pour résultat de me faire culpabiliser et j’en arrive à m’interroger sur mes réelles capacités .


"Pauvre con, incapable, tu comprends jamais rien, heureusement que je suis là pour m’occuper de tout parce que s’il fallait compter sur toi….. !, ton père est un egoïste, ( en parlant à notre fille) tu ne mérites que ça tellement tu es mauvais", enfin tout cela devant une enfant en bas âge ; je me suis toujours obligé à ne pas insulter qui que ce soit devant des enfants, (en plus si c’est ma fille), c’est une chose inconcevable pour moi mais visiblement pas pour elle.

 

Aujourd’hui j’ai pris conscience d’un fait qui m’a ouvert les yeux : en effet la vision que ma femme a de moi a toujours été négative ; ma façon de m’exprimer, ma voie forte avec des grands gestes, mes habits, mes goûts en tout genres, mes occupations, ma façon de régler un problème, de cuisiner, de la soigner, et surtout mes opinions, tout vraiment tout est négatif . C’est ainsi que son avis, et tout ce qui étaye un discours, un partage à deux est contrôlé et systématiquement imposé par elle.


Quand je l’ai connu elle sortait d’un accident de la route ce qui la rendait dépendante pour de nombreuses tâches de la vie de tout les jours, un amour est né sur cette relation puis une fois remise de l’accident la petite est né, la grossesse c’est passée sans encombres, mais deux jours après l’accouchement, et comme elle a forcée pour accoucher sont épaules gauche c’est bloquées, en plus en salle de travail elle a eu une importante anémie résultat : pas d’allaitement possible, et aucune possibilité de prendre le bébé dans les bras ; une vie de stress s’en suit de 8 mois où malgré mon travail je faisait mon maximum à la maison  ; aucun remerciement aucun mots gentil, elle me disait : t’as qua vivre ce que je vis et après tu auras un remerciement, tu peux pas te plaindre toi !! .je mettait ça sur un stress passager de sa part.


Ma fille grandit et souvent ma femme m’insulte, devant elle et cela seulement parce que j’ai une vision ou un avis différent du sien. Quand je fais quelque chose ( par exemple j’ai coulé une dalle pour y mettre dessus une cabane de jardin, c’est une chose que je n’avais jamais fais, et une fois fini j’en étais très fier, je me disait qu’elle serait fier de moi : que nenni, elle a juste dit que j’ai fais des tâches sur le mur de clôture, que j’aurais du faire attention), quand je dis quelque chose c’est toujours à son avis débile et sans relation aucune, s’en suit des insultes souvent devant la petite.


 Ce focaliser sur un avis différent du mien est impossible car ça sous-entend qu’elle devrai renoncer au sien.

Je ne suis plus (l’ai-je été ?), heureux avec elle ; au niveau sexuel c’est quand elle veut elle ! et sinon il faut dire « s’il vous plait » (lol).


C’est de plus en plus dur pour moi de l’entendre me traiter d’incapable devant la petite, c’est TOUJOURS devant elle qu’elle m’insulte, pourtant je donne à ma fille le maximum d’amour possible pour peut être conjurer le sort…

Aujourd’hui j’en deviens violent verbalement moi aussi et physiquement c’est très très dur  de me contrôler.


JE VEUX LA QUITTER mais je ne veux pas faire souffrir ma fille.



Voir les commentaires

Témoignage 13

2 Juillet 2009, 09:55am

Publié par SOS Hommes Battus


Je ne supporte plus d'entendre dire mon frère dire qu'il est battu par sa femme. Au début je ne le croyais pas. Elle le frappe, le rabaisse devant leurs enfants et psychologiquement le domine, cas classique apparemment.

Il obéit à tous ces ordres, s'occupent des enfants, fait le ménage et les courses et est le seul à avoir un emploi.

Il y a un an elle voulait un appart pour y aller quand elle voulait. Il lui paye le loyer. Elle le trompe avec d'autres hommes.

Elle dort le jour, change tout le temps d'avis et veut avoir toujours raison. Elle fait du cheval et va à la salle de sport quand les enfants rentrent de l'école. Il lui laisse l'accès au compte bancaire.

Depuis mai, elle revient plus souvent chez mon frère pour se montrer aux yeux de tous avec les enfants mais continue son manège.

Mon frère me dit qu'il n'a aucun recours juridique parce que les coups ne marquent pas et que s'il fait quelque chose il perd ses enfants qu'il aime et la maison. Il a perdu sa joie de vivre sauf quand il est avec ses enfants. Je ne peux pas le laisser comme ça.

Voir les commentaires